1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Barbaque", "The French Dispatch" : les films à voir (ou éviter) cette semaine
3 min de lecture

"Barbaque", "The French Dispatch" : les films à voir (ou éviter) cette semaine

Après les bons résultats de "Dune", "James Bond" ou de "Venom 2", voici les films qui ont retenu notre attention cette semaine.

"Barbaque", "The French Dispatch" ou "La ninas" sont au programme cette semaine
"Barbaque", "The French Dispatch" ou "La ninas" sont au programme cette semaine
Crédit : Montage RTL.fr
Suite de la saison des prix littéraires. Christine Angot a reçu hier le prix Médicis pour "Le voyage dans l'Est"
21:06
Suite de la saison des prix littéraires. Christine Angot a reçu hier le prix Médicis pour "Le voyage dans l'Est"
21:06
Stéphane Boudsocq & Aymeric Parthonnaud

Commençons par un coup d'oeil à notre box-office de la semaine. Gros démarrage attendu et donc confirmé pour l'épouvantable Venom 2 avec pas loin de 670.000 entrées. Joli score pour le remarquable Illusions perdues de Xavier Giannoli qui démarre autour des 200.000. Déception à ce stade pour Le trésor du petit Nicolas sous la barre des 100.000 mais les vacances de la Toussaint devraient attirer les plus jeunes dans les salles... 

Pour les continuations : Mourir peut attendre frôle les 2 millions 7 et va devenir cette semaine le plus gros succès de l'année en France en passant Dune qui continue de bien marcher et s'approche des 2,8 millions. Notez la bonne tenue de Eiffel qui cumule environ 650.000 entrées en 15 jours...

Place aux nouveautés à l'affiche et commençons par Barbaquele nouveau film de (et avec) Fabrice Eboué. La "barbaque", c'est la viande et ce film ne manque pas de morceaux de choix... L'histoire ? Celle d'un couple de bouchers à la dérive à la fois sur le plan professionnel et sentimental. Jusqu'au jour où Vincent et Sophie tuent par accident un militant vegan qui vient de saccager leur magasin. Comment se débarrasser du corps ? En en faisant du jambon, tiens... Par erreur, ce jambon est mis en vente à la boucherie et figurez-vous que les clients adorent ! Vincent et Sophie vont donc traquer les vegan et basculer dans le crime de masse.

Nous avons adoré Barbaque qui à la fois une énorme farce et une comédie romantique voire sociale... C'est le Fabrice Eboué que nous aimons : trash et cash à la fois. On retrouve aussi dans ce film Marina Foïs mais aussi Virginie Hocq ou Jean-François Cayrey.

À écouter aussi

Sortie également de La fracture de Catherine Corsini, en compétition à Cannes en juillet dernier. Nous sommes restés en retrait de ce film qui balance entre trois histoires dont une seule pour nous est intéressante... Il y a le "je t'aime moi non plus" entre deux femmes bobos (Marina Foïs encore et Valeria Bruni-Tedeschi), le portrait d'un gentil gilet jaune blessé par de méchants policiers (ça, c'est Pio Marmaï) et surtout un constat passionnant des conditions de travail à l'hôpital auprès d'une infirmière incarnée par Aissatou Diallo Sagna qui est la découverte et la bonne raison d'aller voir un film plutôt convenu.

Puisque nous parlions de Cannes, nous y avions déjà vu The French Dispatch de l'Américain Wes Anderson, le réalisateur du Grand Budapest Hotel, un vrai virtuose de l'image pour qui chaque plan doit être un tableau... Nouvelle preuve avec ces histoires rassemblées comme un recueil de nouvelles et tirées (dans le scénario) des articles du bureau français d'un journal américain... On va y croiser un psychopathe artiste de génie, les événements de mai 68 et une enquête façon polar dans les milieux de la cuisine... Couleur, noir et blanc, prises de vues réelles, animation : Wes Anderson ne se refuse rien. Son film est un puzzle fascinant en forme de réflexion sur le journalisme.

Le film a été tourné à Angoulême (rebaptisée "Ennui-sur-Blasé" dans le scénario) avec un casting fou : Benicio del Toro, Adrian Brody, Timothée Chalamet, Tilda Swinton, Frances McDormand, Lea Seydoux, Mathieu Almalric, Bill Murray, Cécile de France, etc.

Rappelons également la sortie de Lui le film de Guillaume Canet dans lequel il joue un compositeur de musique parti essayer de travailler sur une île bretonne et qui va recevoir la visite (réelle ou rêvée) de ses proches : femme, enfants, maîtresse, ami, parents... Une réflexion cruelle, drôle et finalement très touchante sur l'inspiration, le temps qui passe, les regrets et cette petite voix qui nous dit parfois "t'es sûr que tu fais le maximum pour que tout aille bien là ?" C'est gonflé, couillu même et très intéressant que Canet nous propose ça à ce moment de sa carrière... 

Enfin un mot de Las ninas réalisé par Pilar Palomero, le grand triomphe de l'année en Espagne, couvert de Goyas l'équivalent de nos César : le passage de l'enfance à l'adolescence de Célia une gamine de Saragosse qui va s'éveiller au contact d'une nouvelle venue dans sa classe... C'est frais, vrai, profond, plein de rires, de gros ou de petits bobos. Un petit moment de grâce.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/