1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "1917" : "Ce film ne ressemble à aucun autre", confie Sam Mendes sur RTL
2 min de lecture

"1917" : "Ce film ne ressemble à aucun autre", confie Sam Mendes sur RTL

RENCONTRE - Le réalisateur des James Bonds "Skyfall" et "Spectre" présente son nouveau film en salles le 15 janvier 2020, qui a déjà remporté des prix dont le Golden Globes du Meilleur film dramatique.

Le réalisateur Sam Mendes aux Golden Globes 2020
Le réalisateur Sam Mendes aux Golden Globes 2020
Crédit : FREDERIC J. BROWN / AFP
Laissez-vous tenter du 13 janvier 2020
23:50
Laissez-vous tenter du 13 janvier 2020
23:50
Stéphane Boudsocq & Capucine Trollion

1917 est le premier très grand moment de cinéma de cette année : une journée dans la vie de Schofield (George Mackay) et Blake(Dean-Charles Chapman), deux jeunes soldats Britanniques, quelque part sur le front, au milieu des tranchées. 2 gamins jetés comme des millions d'autres hommes dans la Grande Guerre et qui vont se voir confier une mission : porter un message derrière les lignes allemandes pour empêcher une attaque suicide des alliés qui conduiraient à la mort certains de 1.600 de leurs camarades, dont le frère de Blake (Richard Madden).

On va donc suivre l'épopée de ce duo d'infortune minute par minute, entre moments intimes et scènes spectaculaires. C'est la très grande réussite de 1917, en salles le 15 janvier 2020 : proposer une fresque à taille humaine au cœur d'un conflit inhumain et c'est logique car l'origine du projet, Sam Mendes la doit à son grand-père, lui-même soldat à l'époque. "C'est lui m'a raconté des histoires sur la Première Guerre mondiale (...) Il n'en avait jamais parlé à ses enfants, mais à ses petits-enfants pour des raisons qui le regardent. Une de ses histoires parlait du fait qu'il devait porter un message dans le No Man's Land, ça m'a immédiatement marqué", raconte le réalisateur. 

De la vie dans les tranchées aux bombardements en passant par l'exploration des bunkers ou des ruines. À travers le recueillement, la peur, le courage ou l'amitié des hommes du front, mais aussi l'aveuglement criminel des états-majors, 1917 raconte et montre ce conflit interminable aux plus près de ceux qui l'ont éprouvé. Sam Mendes a puisé là encore dans le vécu de son grand-père et dans les histoires qu'il lui a racontées.

Un plan-séquence de deux heures

1917 propose de suivre ces deux jeunes soldats minute par minute, c'est ce qu'on appelle un plan-séquence de 2 heures. Durant une bonne partie du film, on a l'impression de n'assister qu'à une seule scène où tout s’enchaîne. Alors, Sam Mendes prend quelques libertés avec ce principe, puisque l'histoire dure en fait une journée, mais techniquement la performance est bluffante, sans jamais prendre le pas sur la dimension intime de l'histoire.

À lire aussi

Un double défi pour le réalisateur. "C'était très compliqué et cela a duré très longtemps, mais j'avait cela en tête dès l'écriture du scénario, ça ne s'est pas imposé en cours de route. Il fallait essayer de comprendre le langage particulier de ce film, qui ne ressemble à aucun autre. Nous voulions que la caméra montre ce que voit le personnage, mais lui aussi (...) Il fallait capturer le spectateur, qu'il vive lui aussi chaque seconde que vit le personnage". 

Blake et Schofield dans "1917"
Blake et Schofield dans "1917"
Crédit : Universal Pictures International France

1917 est un film somptueux, dense, haletant, impressionnant. Nouvelle pièce maîtresse dans la carrière de ce cinéaste oscarisé et récompensé aux Golden Globes 2020 qui, d'American Beauty aux Sentiers de la perdition, en passant évidemment par deux James Bond : Skyfall et Spectre où il a fait preuve de sa virtuosité et de son art du récit.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/