1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Quels sont les temps forts du Festival de bande dessinée d'Angoulême 2018 ?
1 min de lecture

Quels sont les temps forts du Festival de bande dessinée d'Angoulême 2018 ?

Comme chaque année, le monde de la bande dessinée se retrouve à Angoulême pour le Festival international du 9ème art. RTL passe en revue les moments forts de la 45ème édition qui ouvre ce jeudi 25 janvier.

Un jeune homme lisant un comics au festival de la bande-dessinée d'Angoulême, le 30 janvier 2014.
Un jeune homme lisant un comics au festival de la bande-dessinée d'Angoulême, le 30 janvier 2014.
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Quels sont les temps forts du Festival de bande dessinée d'Angoulême 2018 ?
05:16
Monique Younès
Monique Younès
Animateur

Le 45ème festival international de la bande dessinée d’Angoulême ouvre ses portes ce jeudi 25 janvier. Quelque 200.000 personnes sont attendues jusqu'au dimanche 28 janvier pour rencontrer leurs auteurs préférés, assister à des débats, à des concerts de dessins et visiter des expositions.

À tout seigneur tout honneur, tout d'abord les expositions qui se tiennent au Musée des Beaux-Arts d’Angoulême. Un petit mot pour bien comprendre ce que cela signifie : de la bande dessinée au musée des Beaux-Arts. Nombre d’académiciens doivent se retourner dans leur tombe en entendant cela.

Le musée des Beaux-Arts d’Angoulême propose donc deux expositions : une rétrospective du créateur d'Astro Boy, Osamu Tezuka, et une vaste et passionnante mise en perspective des peintures vénitiennes du XVIIIe siècle de Canaletto et Guardi, avec des aquarelles d'auteurs de bandes dessinées contemporains.

C'est une idée de l'éditeur Jacques Glénat qui a envoyé une dizaine d'auteurs à Venise pour réaliser, comme Canaletto et Guardi en leur temps, des vedutes, autrement dit des vues de Venise. Ils avaient pour seul impératif  de faire apparaître Casanova, natif de Venise, dans leur dessin. 

À lire aussi

L'exposition aux Beaux-Arts d’Angoulême vous fera aussi découvrir des dessinateurs très talentueux comme François Avril, dont le trait délicat et épuré nous emmène sur les traces d'un Casanova furtif, qui ne laisse apparaître que sa cape ou son couvre-chef... François Avril se définit lui-même comme le dessinateur de l’effacement. Il efface, il enlève pour ne garder que l’essentiel, le trait, le signe, l’émotion aiguë. C’est magnifique.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/