2 min de lecture Littérature

Quand les mots changent de genre

Masculin ou féminin ? Quantité de mots ont changé de genre, dans l’histoire de la langue, nous raconte Muriel Gilbert.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Quand les mots changent de genre Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Sarah Ugolini

Hier nous avons évoqué ce nom étrange, "les gens", masculin pluriel, qui devient parfois féminin de manière surprenante, et qui repasse au masculin à la vitesse de l’éclair, puisque l’on doit dire : "les vieilles gens, les bonnes gens, mais ces bonnes gens sont vieux – et non vieilles". Ce mot au genre farceur m’a donné envie de creuser un peu le sujet. Aucun autre mot n’est aussi capricieux que gens, mais il y a quantité de noms qui ont changé de genre au cours de l’histoire. Tenez, par exemple, n’est-il pas surprenant que l’on dise "LA Franche-Comté" pour désigner cette région dont la capitale est Besançon ?

Un comté, c’est masculin pourtant, et pas seulement quand c’est un fromage. Eh bien voilà une trace qui demeure dans la langue actuelle, un vestige de l’ancien genre de comté, qui était auparavant féminin. On lit ainsi sous la plume de Mme de Sévigné "Ils vont voir un comte dans sa comté". On disait aussi "une duché". 

J’ai découvert cela et tout ce qui va suivre en matière de sexe changeant des mots dans "Les Secrets des mots", du joyeux linguiste Jean Pruvost, publié à La Librairie Vuibert. Nous avons l’impression que le genre des mots est immuable, qu’il serait ridicule de se tromper et de dire par exemple "une autobus" ou "un voiture". Mais savez-vous que l’on disait, au moment où fut inventé ce moyen de locomotion révolutionnaire, "UN automobile" ?

Gens est même capable de changer de genre dans la même phrase

Tout simplement parce que le mot est arrivé dans l’usage sous la forme d’un adjectif. On disait "un véhicule automobile" ("auto-mobile", comme dans "qui bouge tout seul", par opposition géniale aux véhicules à traction animale ou humaine, que cette innovation a rapidement rendus obsolètes). Et du "véhicule automobile", comme souvent, les francophones, qui trouvaient l’expression trop longue, n’ont conservé que l’adjectif. Au début on a dit "un automobile"… puis c’est devenu "UNE automobile".

À lire aussi
"Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises" de François Reynaert littérature
"Les Livres ont la parole" : "Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises" de François Reynaert

Et ce sont des dizaines de mots, comme ça, qui ont changé de genre ! En ancien français, on disait "un gros erreur, un affaire intéressant, un horloge, le date du jour, un étude, une exemple…". Ces changements de sexe interviennent souvent, explique Jean Pruvost, "après un long moment d’hésitation (…), tantôt parce que leur terminaison féminine induit l’idée que le mot est au féminin, tantôt parce que le concept qu’ils désignent paraît relever d’une valeur féminine, tantôt encore par analogie avec un autre mot". 

Bref, par "un" erreur ! Si les Français se trompent tous sur le genre d’un mot… eh bien après quelques décennies, le mot change de genre, et youpi. Une fois de plus, c’est "Usage 1, dico 0".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants