1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Les tribulations de la Joconde dans la France en guerre
3 min de lecture

Les tribulations de la Joconde dans la France en guerre

En août 1939, alors que la guerre menace, l'ordre est donné d'évacuer les musées. En quelques semaines, près de 15.000 caisses prennent la route dont la Joconde, exfiltrée d'abord vers le château de Chambord. Elle va parcourir près de 2.000 km en six ans, sans dommage. Mais plusieurs œuvres ont frôlé la catastrophe, selon "Le Monde".

"La Joconde" de Léonard de Vinci exposée au musée du Louvre à Paris
"La Joconde" de Léonard de Vinci exposée au musée du Louvre à Paris
Crédit : Wikimedia Commons
Les tribulations de la Joconde dans la France en guerre
03:27
Isabelle Choquet

Retour sur un déménagement hors normes : le grand voyage des chefs-d'œuvre des musées français pendant la guerre. Et notamment la Joconde, le joyau du Louvre, brinqueballée en camion au gré des avancées allemandes. Une exposition à Chambord retrace ce drôle d'exode et c'est pour ça que Le Monde nous en parle ces jours-ci. 

Nous sommes en août 1939. La guerre avec l'Allemagne nazie menace. L'ordre tombe: les musées évacuent. En quelques semaines, près de 15.000 caisses prennent la route. À lui seul, le Musée du Louvre mobilise 37 convois de camions, essentiellement à destination du château de François 1er. Tous ses chefs-d’œuvre sont décrochés, "La Joconde" mais aussi "La Belle Ferronnière" de Vinci, "L’Olympia" de Manet, "La Dentellière" de Vermeer  ou encore "L’Angélus" de Millet.

Les châteaux de Versailles et de Fontainebleau sont vidés aussi. Les boiseries et les moulures des appartements du Roi-Soleil sont même arrachées, par peur des incendies. Même les pièces les plus encombrantes et les plus fragiles sont jetées sur les routes, comme la tapisserie de Bayeux ou la tenture de "La Dame à la licorne".

2.000 km en six ans

La Joconde, elle, est enfermée dans une caisse en bois de peuplier à double paroi. Seul signe distinctif: trois pastilles rouges et la mention "MN LP 0", pour "Musées nationaux Louvre peintures numéro zéro". Elle va parcourir 2.000 km en six ans, car la progression des Allemands oblige à trouver sans cesse de nouveaux dépôts. "On l’avait placée sur un brancard d’ambulance à suspension élastique pour lui éviter les chocs", expliquait la conservatrice des archives du Louvre. "Ce brancard était fixé à l’intérieur d’un camion, suivi d’un camion de secours, et accompagné d’une voiture convoyeuse". 

À lire aussi

Des précautions, mais quelques frayeurs quand même. Ainsi avec "Le Radeau de la Méduse", chargée sur la remorque d’un camion à décors de la Comédie-Française. Le 1er septembre 1939, la caisse accroche les fils électriques du tramway dans le centre de Versailles. Il faut dire que la toile de Géricault fait cinq mètres de haut, et elle n’a pas pu être roulée, car le vernis qui la recouvre est à base de bitume de Judée. "C'est inouï que le tableau n’ait pas pris feu", dit un expert. 

"La Joconde a le sourire"

Il y a aussi ce camion parti du Louvre rempli de tableaux de Watteau, égaré, avant d’être retrouvé : le chauffeur s’était perdu dans le brouillard sur les bords de la Loire.  Par miracle, aucun convoi n'a subi de bombardement, mais tout au long de la guerre les Allemands ont essayé de mettre la main sur certaines œuvres. Heureusement, elles étaient surveillées discrètement par la Résistance. Et puis après le débarquement, les emplacements des dépôts ont été transmis aux Alliés, pour éviter un bombardement accidentel. 

En réponse, la BBC a diffusé des messages tels que "La Joconde a le sourire" ou "Van Dyck salue Fragonard", ça voulait dire que les consignes avaient été transmises. ON est quand même passé tout près de la catastrophe le 22 juin 1944: un bombardier B-24 américain s'est écrasé à quelques dizaines de mètres seulement du château de Chambord. Avant cela, en août 1942, une tornade avait provoqué l’inondation d'un musée  de Montauban qui abritait 3 500 tableaux du Louvre, dont La Joconde. Chambord et Valençay, eux, ont failli être incendiés par les Allemands en fuite.

Mais à la fin, et cela tient du miracle, aucune oeuvre n'a été perdue. Et à l'été 44, elles ont pris le chemin du retour. Il a fallu plus d’un an pour que le Louvre récupère l’ensemble de ses trésors. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/