1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : marier des enfants à des adultes, "le secret le mieux gardé d'Amérique"
3 min de lecture

États-Unis : marier des enfants à des adultes, "le secret le mieux gardé d'Amérique"

En moins de 20 ans, environ 300.000 mineurs ont été mariés aux États-Unis, la plupart vers 16-17 ans et parfois dès 10 ans. Dans 9 cas sur 10, ce sont des filles unies à des hommes adultes. La loi l'autorise, comme on peut le lire dans le magazine "Elle".

La militante Fraidy Reiss, fondatrice de "Unchained at Last" qui lutte contre le mariage des enfants aux États-Unis, ici à Boston, le 22 septembre 2021.
La militante Fraidy Reiss, fondatrice de "Unchained at Last" qui lutte contre le mariage des enfants aux États-Unis, ici à Boston, le 22 septembre 2021.
Crédit : Joseph Prezioso / AFP
Marier des enfants à des adultes, une pratique légale aux Etats-Unis
03:21

"On pense souvent que le mariage des enfants concerne uniquement les pays en voie de développement. Détrompez-vous, c'est le secret le plus sale et le mieux gardé d'Amérique." Ainsi parle Fraidy Reiss, fondatrice de l’ONG "Unchained at Last". Depuis une dizaine d'années, elle se bat pour éradiquer les mariages forcés dans son pays. Une réalité méconnue, y compris des Américains. Le magazine Elle lève le voile cette semaine. 

Les chiffres sont accablants : entre 2000 et 2018, environ 300.000 mineurs ont été mariés, la plupart vers 16-17 ans et parfois dès 10 ans. Dans 9 cas sur 10, ce sont des filles unies à des hommes adultes. Légalement pourtant, l'âge minimum du mariage est bien de 18 ans. 
Sauf que chaque Etat autorise des exceptions. Il y a d'abord le "consentement parental" : les jeunes de 16 ou 17 ans peuvent se marier si leurs parents signent une demande. Même si la fille pleure pendant que ses parents signent, le greffier n'a pas le pouvoir d'intervenir. 

Deuxième exception : dans de nombreux États, l'âge du mariage peut être abaissé en dessous de 16 ans par une approbation judiciaire. Une dizaine d’Etat ne précisent même pas d'âge minimum. Ainsi, en Californie, dans le Michigan ou le Mississippi, des juges peuvent autoriser le mariage d'un élève de primaire. 

Violée et enceinte à 11 ans

C'est ce qui est arrivé à Sherry Johnson. En 1972, à 11 ans, elle est violée plusieurs fois par un membre de sa paroisse pentecôtiste, un jeune homme de 20 ans. Et elle tombe enceinte. Pour éviter l'enquête criminelle et l'opprobre, l'église et sa famille décident d'organiser un mariage. L'agent du gouvernement local refuse de  valider l'union. Mais dans le comté voisin, un autre officier de justice, moins regardant, marie la petite fille à son agresseur. 

À écouter aussi

Fraidy Raiss est écœurée : "nous avons pu montrer qu'en moins de 20 ans, 60.000 mariages ont été célébrés entre des personnes avec une telle différence d'âge qu'il s'agirait d'un crime sexuel si elles n'étaient pas mariées. Mais là, ça devient légal. À quoi cela sert d'avoir des lois ?". 

Parfois, le mariage est l'aboutissement d’une enfance cabossée, une façon pour des parents maltraitants d'avoir une bouche de moins à nourrir. Souvent aussi, le mariage est aussi un moyen de contrôler la sexualité des filles, d'obtenir un visa grâce à  un mari étranger, ou de se conformer à des traditions religieuses, qu'elles soient catholiques, musulmanes, mormones ou juives. 

Mes proches ne m'ont jamais pardonné d'avoir quitté mon bourreau

Fraidy Reis, fondatrice de l’ONG "Unchained at Last"

C'est d'ailleurs l'histoire de Fraidy Reis, qui appartient à la communauté juive orthodoxe de Brooklyn. À 19 ans elle a été forcée d'épouser un homme choisi par sa famille, un homme qui l’a violée et frappée pendant près de vingt ans. "Mes proches ne m'ont jamais pardonné d'avoir quitté mon bourreau", dit-elle. "Ils me considèrent comme morte. J'ai tout perdu." Elle porte aujourd'hui autour du poignet un tatouage représentant une chaîne brisée.

Avec son association, Fraidy Reiss a aidé 700 femmes et quelques hommes à fuir ces unions forcées. Mais seulement des adultes. "Beaucoup de mineures nous appellent", dit-elle. Malheureusement, nous ne pouvons rien faire pour elles, nous n'avons pas le droit. Celles qui fuient le domicile conjugal ou celui des parents sont considérées comme des fugueuses. En général, elles sont reconduites chez elles par la police, même si elles subissent des violences."

De même, un enfant marié n'a pas la possibilité d'employer un avocat et de demander le divorce sans un tuteur légal. Alors Fraidy Reiss n'a qu'une obsession: faire changer la loi. Depuis 2017, cinq Etats ont basculé. Il en reste 45.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/