2 min de lecture Littérature

Jean-Baptiste Andrea nous plonge dans un orphelinat dans "Des diables et des saints"

L'écrivain nous plonge dans les souvenirs doux-amers de Joe. Ce roman, inspiré par la rencontre avec un lecteur, explore l'amitié comme arme de résistance contre les adultes.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Mais avant tout, la vente d'un tableau de Botticelli aujourd'hui à New York pourrait bien bousculer le monde de l'Art... Récit de Monique Younes... Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Aymeric Parthonnaud

Avec Des diables et des saints (L'Iconoclaste), Jean-Baptiste Andrea est l'une des éblouissantes réussites romanesques de ce début d'année. Il a bien mérité sa place parmi les 5 romans finalistes de l'édition 2021 du Grand Prix RTL-Lire. De la littérature populaire et de qualité, tout ce qu'on aime. Ce roman pose une question : pourquoi Joe, un vieux pianiste, interprète virtuose de Beethoven, qui aurait pu mener une éclatante carrière de soliste dans les plus grandes salles du monde, s'obstine à jouer dans les gares et les aéroports sur ces pianos mis à la disposition du public ? 

La réponse à cette énigme est à chercher dans un sinistre orphelinat, "Les Confins", où Joe a été envoyé, adolescent, après la mort de ses parents. Des diables et des saints est né de deux rencontres faites par Jean-Baptiste Andrea. "Cette histoire vient d'un lecteur qui est venu me trouver pour me parler de son enfance dans un orphelinat, raconte l'écrivain au micro de RTL. Quelques bribes de cette enfance m'ont profondément marqué. (...) J'ai laissé reposer la chose et dans une gare au petit matin j'ai vu un pianiste qui jouait sur un piano public et j'ai eu le déclic. (...) Ca s'est vraiment passé en une fraction de seconde, c'était dans la gare de Clermont-Ferrand, il était 6 ou 7h du matin."

Inspiré par "Les disparus de Saint-Agil"

Et nous voici plongé dans le quotidien des Confins, l'orphelinat dirigé par l'inflexible abbé Sénac secondé par un surveillant général sadique surnommé Grenouille. Discipline de fer, brimades et privations dont la plus douloureuse, l'amour d'une mère et d'un père... "Dans le mot 'orphelinat' il y a quelque chose qui nous évoque le XIXe siècle, comme si ça n'existait plus, note l'auteur. J'ai voulu rendre ces invisibles visibles. 

Quelle histoire imagine Jean-Baptiste Andrea dans son orphelinat des Pyrénées ? D'abord, celle d'une amitié comme arme de résistance contre les adultes. Le vieux pianiste Joe se souvient des nuits clandestines passées avec La Fouine, Sousix, Momo, Sinatra ou Danny au sein de leur club secret, la Vigie. Les ados rebelles écoutent la radio, découvrent à quoi ressemble le sexe d'une femme dans l'encyclopédie dérobée à l'abbé Sénac et fomentent une évasion. Un épisode d'anthologie, le grand moment du livre ! 

À lire aussi
livres
Delphine de Vigan explore le Far West de YouTube dans "Les enfants sont rois"

Un passage qui pourra provoquer quelques larmes mais ce roman vous promet aussi du rire. Tout cela nous a fait penser au film de Christian Jaque, Les disparus de Saint-Agil. Une référence revendiquée aussi par Jean-Baptiste Andrea.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Livres
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants