4 min de lecture Musique

Gad Elmaleh et Camille dans "Laissez-vous tenter de l'été"

REPLAY - Au programme, Camille raconte la genèse de son album "Le Fil", Gad et Arieh Elmaleh évoque leur admiration pour "La Haine" et les films des années 1980.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Laissez-vous tenter du 25 août 2017 Crédit Image : RTL | Crédit Média : Anthony Martin | Durée : | Date : La page de l'émission
Le Service Culture
Le Service Culture Journalistes RTL

Musique

On va marcher sur le fil avec Camille ! C'est le titre du deuxième album de la chanteuse, paru le 14 février 2005 et Le Fil est un disque de chercheuse. Une exploration vocale et musicale qui séduira plus de 500.000 acheteurs. C'est un disque atypique dont toutes les chansons commencent par un bourdon et la même note : un si. Le Fil vaudra à Camille deux Victoires de la musique.

"Je sors d'une tournée où les musiciens n'ont cessé d'être remplacés et ça a été difficile pour moi de jongler avec ces géométries variables. Je me demande quel est mon instrument à moi, je comprends que c'est la voix et que je peux tout faire avec. C'est une idée très simple, qui date de la nuit des temps : pour chanter de manière stable on commence par une note. Et ma note à moi, c'est le si" confie la chanteuse au micro de RTL.

Camille reprend le 29 septembre sa tournée marathon partout en France. Elle chantera notamment aux Folies Bergère à Paris les 20 et 21 novembre prochain.

Camille dans Le Grand Studio RTL
Camille dans Le Grand Studio RTL Crédit : Romain Boe / SIPA Presse pour RTL

Littérature

Nous avions ouvert notre bibliothèque idéale de l'été 2017 en rugissant avec le polar de Camilla Lackberg, Le Dompteur de lions, nous la refermons dans un autre rugissement avec Histoire du lion Personne, le roman de Stéphane Audeguy.

À lire aussi
vinyles-795x530 musique
Bonus Track du 13 octobre 2019

L'histoire se passe à la fin du XVIIIème siècle. Adopté quand il n'était encore qu'un lionceau par un petit sénégalais, le fauve baptisé Personne est envoyé en France à la ménagerie du château de Versailles. 

Pas de bol, le lion Personne débarque en pleine Révolution. Louis XVI à d'autres chats à fouetter, on ne donne pas chère de la peau de ce lion-là. Voilà un livre accessible à tous, écrit à la manière d'un conte ou d'une fable comme le revendique Stéphane Audeguy.

"Histoire du lion Personne" de Stéphane Audeguy est publié au Seuil
"Histoire du lion Personne" de Stéphane Audeguy est publié au Seuil

Mais derrière la simplicité du récit et un contexte historique passionnant, le destin du lion Personne nous amène à réfléchir, l'air de rien, à la condition animale et à y voir aussi une métaphore de l'exil, deux sujets finalement très actuels. “La façon dont sont traités les animaux dans une société reflète la manière dont les hommes sont traités dans cette société”, explique Stéphane Audeguy.

Histoire du lion Personne de Stéphane Audeguy, joli conte animalier, historique et philosophique à dévorer au Seuil.

Cinéma

Gad Elmaleh a été secoué par La Haine de Mathieu Kassovitz, premier film avec un reflet crédible de ce qu'on appellera bientôt "les cités sensibles". "C'est la première fois où, dans une salle de cinéma, je me suis dit que c'était fort ce qu'il se passait", confie Gad Elmaleh. "Il fallait être courageux pour raconter cela, et pour aller au bout. C'est vraiment un bon choc".

La Haine
La Haine

Arié Elmaleh pense à des films plus anciens comme Retour vers le futur en 1985, premier volet de la trilogie de Robert Zemeckis. "On est attachés à ces voix qui ont doublé les voix américaines, les films comme Retour vers le futur sont pour moi plus agréables à regarder en version française qu'en version originale". Le comédien est aussi attaché aux films d'Eddie Murphy comme Le flic de Beverly Hills et Recherche Suzanne désespérément avec Madonna dans le rôle d'une punkette délurée.

Exposition

C'est une exposition qui réconcilie magnifiquement l’art et l’industrie, la vitesse et la beauté, l’histoire du luxe et celle du prolétariat. Les 500 clichés exposés à la Fondation Cartier montrent comment la voiture a participé à l'éclosion des villes, accompagnant l'industrialisation, la poussant aux limites de l’asphyxie. Car il n’y a pas que du bon dans l’automobile. Mais quand la nature prend le dessus, ca donne des photos époustouflantes. Peter Lippmann montre sa série représentant des voitures d'après-guerre complètement recouvertes de végétation.

Il y a aussi des photos glamours à la Fondation Cartier. Les stars comme Marilyn, Bardot, Jacky Kennedy, à bord de leur vraies Cadillac, au bras de leur vrai Alain Delon et Montgomery Clift. Elles sont mises en parallèle avec des clichés de Seidou Keita, Malick Sidibé, qui faisait poser des familles africaines devant des voitures.

La fracture culturelle est réduite par la voiture. Plus loin, vous découvrirez des voitures de propagande mais aussi des voitures de gangster, celle des armées en campagne, en déroute. La Fondation Cartier n'oublie pas de traiter le rôle politique de la voiture. Des artistes de génie comme Bernard Plossu, Robert Doisneau,  Brassaï, Seydou Keïta, Martin Parr ou William Eggleston sont là. 

Des  artistes qui ont su dépasser la question matérielle et industrielle de la voiture, ils ont compris et rendu justice à la dimension mythologique de l'automobile. C’est à la Fondation Cartier, ça s’appelle Auto-photo et c'est jusqu'au 24 septembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique Cinéma Littérature
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants