2 min de lecture Littérature

D'où viennent les mots "bonjour", "salut", "lundi", "mardi"... ?

Si la pandémie actuelle interdit les gestes habituels de salutation, il nous reste les mots. Mais que disent vraiment ces mots ?

Micro générique Switch 245x300 Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
D'où viennent les mots "bonjour", "salu", "lundi", "mardi"... ? Crédit Image : FRED DUFOUR / AFP | Crédit Média : Muriel Gilbert | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Venantia Petillault

Amis des mots, nous sommes déconfinés, youpi, mais tout n’est pas rentré dans l’ordre, loin de là. On n’embrasse toujours pas nos proches (sauf ceux avec qui l’on vit, heureusement), on ne se serre plus la main et nous en sommes un peu déstabilisés parce que ce sont des entrées en matière, quand on rencontre quelqu’un, auxquelles nous avons été habitués toute notre vie.

En général, on s’en sort en disant "je ne vous serre pas la main" ou "on ne s’embrasse pas en ce moment". Sous-entendu "mais le cœur y est". C’est sans doute ce qu’il y a de mieux à faire, avec, pour les adeptes des salutations originales, cette façon rigolote de trinquer avec les coudes (ou les pieds pour les plus lestes). Et c’est là qu’on se rend compte que les façons de se saluer ont un sens. 

Pour ce qui est des gestes, la bise est réputée chère aux Français, mais c’est une façon de marquer son affection très ancienne, et qui dépasse largement les frontières de l’Hexagone - on en trouve déjà la trace dans la Bible. Et on se serrait la main dès l’Antiquité : on tend ouverte la paume droite, preuve qu’elle n’est pas armée, c’est un geste de paix et de confiance. 

Lundi, le jour de la lune

Quand on ne peut plus avoir ces gestes symboliques, les mots prennent encore plus d’importance. D’autant plus d’importance que, dans l’espace public, bien souvent, les masques... masquent les sourires. 

À lire aussi
L'auteur Joël de Rosnay littérature
"Les livres ont la parole" : "Petit éloge du surf" de Joël de Rosnay

Ça m’a donné envie d’aller explorer un peu les mots de nos salutations. Bonjour, pour commencer. C’est assez évident quand on y réfléchit, mais il est tout de même intéressant de s’en souvenir : bonjour s’est d’abord écrit en deux mots : "bon jour". Dire bonjour, c’est donc souhaiter une "bonne journée". 

Jour est issu du latin diurnum, que l’on retrouve dans l’adjectif diurne, opposé à nocturne, et l’on en trouve aussi la trace dans la finale en "di" des noms des jours de la semaine - lundi, c’est le jour de la lune, mardi le jour de mars. Et l’adjectif bon vient du latin bonus, l’opposé de malus - à noter que c’est bien le doublement de cet adjectif bon qui a donné le bonbon qui fait plaisir aux gourmands... et le Bonbon sur la langue qui fait plaisir aux gourmands des mots !

Salut issu du latin salutis, "la santé"

L’association de "jour" avec "bon", qui en a fait une formule de politesse, remonterait au XVe siècle, selon le Dictionnaire historique de la langue française. C’est un peu plus récent que la poignée de main. On peut aussi dire : "Salut !" C’est plus familier, mais c’est particulièrement indiqué en temps de Covid, car le mot salut, nous apprend le dictionnaire Antidote, est issu du latin salutis, "la santé". 

Il est attesté depuis la Chanson de Roland, au XIe siècle, comme manière de se saluer (saluer étant un emprunt au latin salutare, "adresser ses vœux de santé"). En somme, bonjour, c’est "bonne journée", et salut, c’est "bonne santé" ! En tant que grande bavarde, j’ai envie de dire : et si le port obligatoire du masque sanitaire et le respect de la distance physique nous donnaient l’occasion de nous parler davantage ? Salut, amis des mots !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants