1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Bernard Lavilliers et Bérénice Bejo dans "Laissez-vous tenter" de l'été
2 min de lecture

Bernard Lavilliers et Bérénice Bejo dans "Laissez-vous tenter" de l'été

Au programme, Bernard Lavilliers se confie sur la création de "If..." alors que Berenice Bejo avoue son admiration pour Ingrid Bergman.

Anthony Martin
Anthony Martin
Crédit : RTL
Laissez-vous tenter du 08 août 2017
15:25
Anthony Martin

Musique

Dans l'album en or du jour, Bernard Lavilliers revient sur la genèse d'If... En 1988, le chanteur publie cet album après des mois à l'étranger. Ce sera l'un de ses premiers disques aux allures de carnet de voyage et l'un de ses plus gros succès commerciaux. "C'est un compositeur, mort très jeune, Sebastian Santa Maria, que je rencontre parce que j'écris un texte pour Catherine Lara sur une musique à lui", explique le musicien français. "Finalement je travaille avec lui, dans un fatras de mélodie, je sors On the Road Again en disant que c'est qu'une seule idée et quatre accords. Il y a quelque chose de pictural dans cette chanson, on dirait un tableau monochrome."

Dans la foulée, il écrit les paroles et musiques de l'album If..., Santa Maria l'accompagne au piano. Il part entre-temps au Nicaragua et en Haïti, ce qui lui a inspiré de nouvelles chansons qui figureront sur son album, comme Haïti Couleurs. "J'aime beaucoup ce disque. Ce sont des balades, un bon son soft, ce n'est pas agressif du tout. C'est un son de crooner, je ne force pas la note même si c'est tragique. Et je pense que ça a d'autant plus de force."

Bernard Lavilliers dans Le Grand Studio RTL
Bernard Lavilliers dans Le Grand Studio RTL
Crédit : CREDIT PHOTOS: FRED BUKAJILO ABACA PRESS POUR RTL

Littérature

Publié en 1899, Jacquou Le Croquant, d'Eugène Le Roy, dénonce le sort misérable infligé à la paysannerie française par les grands aristocrates. Injustement accusé du meurtre du régisseur, le père de Jacquou est condamné aux galères et y laisse sa vie. Sa mère, épuisée de chagrin, meurt à son tour. Jacquou, orphelin, est recueilli par un curé qui fait son éducation. 

Après bien des épreuves et des péripéties, Jacquou fomentera la révolte contre le cynique et cupide comte de Nansac, en incendiant son château et en provoquant sa ruine. Une vengeance personnelle mais aussi l'aboutissement d'un combat collectif contre l'injustice faite aux paysans.

Cinéma

À lire aussi

À l'affiche du film Le Redoutable présenté à Cannes, Bérénice Bejo tourne pour des cinéastes venus du monde entier et admire une actrice venue d'ailleurs, de Suède précisément : "Dernièrement je suis revenue à mes amours d'adolescente, j'étais vraiment fascinée par Ingrid Bergman", explique-t-elle. L'actrice suédoise est considérée comme la quatrième plus grande star de l'histoire du cinéma, elle a joué Jeanne d'Arc pour Victor Fleming en 1948. 

"J'avais vu tous ses films", confie Bérénice Bejo, "elle me fascinait, elle avait quelque chose d'étrange, de très personnel, c'est une femme qui a joué au cinéma, à la télévision, au cinéma, qui a tenté des choses et qui a réussi presque tout." 

Bérénice Bejo lors du festival du film américain de Deauville, le 5 septembre 2014
Bérénice Bejo lors du festival du film américain de Deauville, le 5 septembre 2014
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/