1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Test FIFA 22 : le foot virtuel est-il entré dans une nouvelle dimension ?
6 min de lecture

Test FIFA 22 : le foot virtuel est-il entré dans une nouvelle dimension ?

La reine des simulations de foot débarque en magasin vendredi avec un nouveau moteur de jeu plus réaliste sur PS5 et Xbox Series X/S. Mais les gains ne sont pas notables sur les consoles traditionnelles.

FIFA  est le jeu vidéo le plus vendu chaque année en France
FIFA est le jeu vidéo le plus vendu chaque année en France
Crédit : EA
Benjamin Hue
Benjamin Hue

La licence de jeu vidéo la plus vendue chaque année en France est de retour sur les consoles. FIFA 22 est disponible en magasin ce vendredi 1er octobre sur PS5 et Xbox Series S/X mais aussi sur PC, PS4, Xbox One et sur Switch en France et dans le monde entier. 

La reine des simulations de football est attendue au tournant cette saison. Critiqué pour son manque d'inventivité, le titre d'EA Sports a été développé et pensé pour la première fois pour les machines de nouvelle génération. 

Alors que l'épisode 2021 avait seulement eu droit à une timide mise à jour, l'éditeur américain promet cette fois l'expérience la plus immersive et la plus réaliste jamais observée sur FIFA à la faveur d'un moteur d'animations repensé sur PS5 et Xbox Series.

Le jeu bascule-t-il dans une autre dimension ? Quelles nouveautés pour les joueurs PC, PS4 et Xbox ? Et en matière de contenus ? Notre verdict après quelques jours de test.

Un gameplay plus posé et moins frustrant

À lire aussi

Jusqu'à cette année, FIFA était une simulation très tournée vers l'arcade qui faisait la part belle aux attaques rapides au détriment du réalisme et de l'équilibre entre l'attaque et la défense. Avec FIFA 22, EA semble déterminé à faire sa mue sur les consoles next-gen. L'éditeur américain inaugure une nouvelle technique de captation des mouvements, la technologie Hypermotion. Les animations des joueurs ne sont plus enregistrées individuellement en studio mais directement sur un terrain lors d'une opposition à onze contre onze. Un système censé reproduire leurs déplacements et leurs contacts avec plus de fidélité.

En pratique, FIFA 22 propose probablement le gameplay le moins frustrant et l'expérience la plus immersive de ces dernières années. Les mouvements sont mieux décomposés ce qui réduit nettement le rythme des rencontres. Les animations des joueurs, la modélisation des visages et les nouvelles trajectoires du ballon offrent un rendu plus proche de la réalité. Les adeptes de jeu posé tout en construction y trouveront davantage leur compte que dans les opus précédents. Les fans de percées solitaires avec Mbappé beaucoup moins. 

Autre changement : le niveau des gardiens, trop souvent à la ramasse dans les épisodes précédents, est nettement amélioré. Les portiers réalisent désormais des sorties agressives dans les pieds des attaquants et de multiples parades devant leur ligne de but. En revanche, ils sont un peu trop vulnérables aux frappes lointaines. Les tirs enroulés terminent presque à tous les coups leur course au fond des filets.

La défense est aussi un plus facile à prendre en main. Si le timing des tacles et du pressing est toujours primordial pour ne pas mettre ses lignes arrières hors de position, il est possible de contenir les attaques adverses en maintenant L2 appuyé ou en sollicitant l'aide d'un coéquipier à proximité contrôlé par l'iA via la touche R1. 

Attention cependant, l'expérience est beaucoup plus réussie sur les consoles de nouvelle génération. Contrairement à l'an dernier, les joueurs PC, PS4 et Xbox disposent cette année d'une version de FIFA moins aboutie. Sans la technologie Hypermotion et ses nouvelles animations, le moteur de jeu est quasiment le même que sur FIFA 21. Seuls les gardiens s'améliorent quelque peu. Et comme EA ne s'est pas foulé sur le plan des contenus, l'intérêt de passer au nouvel épisode est très relatif en dehors de la mise à jour des effectifs et de la nouvelle saison de FUT.

Un contenu qui s'essouffle

Avec plus de 17 000 joueurs répartis dans plus de 700 équipes, 100 stades et plus de 30 championnats, FIFA est toujours sans contestation possible la simulation de football qui dispose du catalogue le plus riche. Mais alors que le virage opéré par son rival PES vers un modèle free-to-play laissait augurer une moindre pression dans la bataille des licences, FIFA 22 débarque en magasin avec un contenu moins étoffé que son prédécesseur.

Premier coup de rabot : EA a supprimé du jeu pas moins de 18 équipes nationales. Et pas des moindres : exit la Suisse, la Turquie, l'Uruguay ou la Côte d'Ivoire. Passent aussi à la trappe l'Afrique du Sud, la Bolivie, la Bulgarie, le Cameroun, le Chili, la Colombie, l’Équateur, l’Égypte, l’Inde, l'équipe féminine du Japon, le Paraguay, le Pérou, la Slovénie et le Venezuela. La conséquence d'une négociation des droits des équipes au cas par cas en dehors des épisodes dédiés aux Coupes du monde.

Autres disparitions : plusieurs équipes du championnat italien perdent leur licence officielle. Outre la Juventus Turin, exclusivité de Konami depuis l'an passé, les deux équipes de la capitale, l'AS Roma et la Lazio, ainsi que l'Atalanta Bergame ne disposent plus de leur maillot et de leur logo officiels. De son côté, l'équipe nationale du Brésil est toujours composée de joueurs génériques.

Ces suppressions sont à peine compensées par l'ajout d'équipes comme les célèbres rivaux argentins Boca Juniors et River Plate, l'Ukraine, l'Hadjuk Split et la ligue indienne. À noter l'apparition de deux stades portugais, l'Estadio da Luz de Benfica et l'Estadio do Dragao du FC Porto. La France est toujours représentée par le Parc des Princes (PSG), le stade Vélodrome (OM) et le Groupama stadium (OL). 

À noter enfin les absences évidentes de Pierre Ménès, qui laisse Hervé Mathoux seul aux commentaires, et du champion du monde de Manchester City Benjamin Mendy, actuellement en détention provisoire dans le cadre d'une affaire d'agressions sexuelles.

Pas de nouveau mode de jeu

Comme l'an passé, EA ne lance pas de nouveau mode de jeu. FIFA 22 est toujours articulé autour de quatre modes principaux : la carrière, Volta, Saisons et FIFA Ultimate Teams (FUT), la poule aux oeufs d'or du jeu. FUT applique la même recette que l'an passé avec un système de cartes de joueurs à accumuler au gré des victoires ou des virements bancaires pour constituer la meilleure équipe possible et se confronter aux autres joueurs en ligne. La compétition passe désormais par le mode Rivals avec un système de montées et descentes à partir de la division 10. À noter l'introduction de nouvelles cartes "Héros FUT" symbolisant les joueurs emblématiques et fidèles à certains clubs ou championnats, comme Tim Cahill, Robbie Keane, Mario Gomez, David Ginola Diego Milito Ole Gunnar Solskjaer ou Jorge Campos.

En hors-ligne, le mode Carrière est toujours très complet et a toujours le potentiel pour vous occuper des heures. D'autant qu'il est désormais possible de créer un club de A à Z et de gérer tous ses aspects, de la politique sportive au budget en passant par la formation et les équipements. Le mode Clubs Pro bénéficie des ajouts les plus importants avec la possibilité de créer un joueur ou une joueuse et de former des équipes mixtes mais aussi l'introduction cartes de compétences à appliquer sur son joueur avant un match pour décupler ses capacités de tir, d'accélération ou de tacle dans un temps limité.

Mode Saisons : PSG partout, plaisir nulle part

Avec le renfort de Lionel Messi (93), venu ponctuer un mercato XXL déjà marqué par les arrivées de Sergio Ramos (88), Donnarumma (89), Hakimi (88) et Wijnaldum (84), le PSG aligne cette année une des meilleures équipes de l'histoire de la franchise, sans doute sans équivalent parmi les équipes de clubs, où seuls le Bayern Munich, Manchester City voire Liverpool semblent en mesure de lui tenir la dragée haute en plus de l'équipe de France toutes catégories confondues. 

Malheureusement, ce changement de dimension est bien parti pour réduire considérablement l'intérêt du mode Saisons de FIFA 22, l'autre mode en ligne, moins porté sur l'arcade et la compétition que FUT. Désormais, tout se passe comme si la grande majorité des joueurs aspirait seulement à jouer avec Mbappé, Neymar et consorts, résumant les parties en ligne à une ennuyeuse succession d'affrontements PSG-PSG qui ne rend pas honneur à la profondeur du catalogue du jeu.

Le PSG et ses stars sont omniprésents dans les parties en ligne sur FIFA 22
Le PSG et ses stars sont omniprésents dans les parties en ligne sur FIFA 22
Crédit : EA

À ce titre, dommage que EA Sports ne laisse pas la possibilité aux joueurs de paramétrer plus finement le Match Making, le système qui met en relation les joueurs en fonction de leurs équipes et de leur niveau, pour pouvoir jouer avec des petites équipes de moins de 4 étoiles. Il est en effet quasiment impossible de jouer avec un club lambda de Ligue 1 sans tomber systématiquement sur un top club 5 étoiles comme le PSG, Liverpool ou Manchester United.

On a aimé

- Les nouvelles animations Hypermotion

- La défense est plus facile à prendre en main

- Les gardiens de but plus efficaces

- Les nouveaux rendus des trajectoires des ballons

- Les temps de chargement quasiment réduits à néant sur PS5 et Xbox Series X/S

- Les nouvelles vibrations sur les gâchettes et la manette en fonction des scénarii des matches

À revoir

- Pas de nouveau mode cette année

- Les versions PS4, Xbox One et PC déclassées

- Le mode en ligne cannibalisé par le PSG

- Toujours pas de possibilité d'affiner le Match Making pour jouer avec des équipes plus faibles

- Le mode FUT quasiment inchangé toujours aussi tourné vers l'arcade

- Les 18 équipes nationales éjectées du jeu (Uruguay, Suisse, Côte d'Ivoire, etc.) et l'absence des licences des meilleurs clubs italiens (Juventus, AS Roma, Lazio, Atalanta)

- Le doublage "cheap" de Thierry Henry, David Beckham et Kylian Mbappé dans le mode Volta

- Le jeu ne tourne toujours pas à 120 images par seconde sur les consoles next-gen.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/