1. Accueil
  2. Actu
  3. Sciences et Tech
  4. Pourquoi Facebook va désormais demander la permission pour suivre les utilisateurs d'iPhone
2 min de lecture

Pourquoi Facebook va désormais demander la permission pour suivre les utilisateurs d'iPhone

La prochaine mise à jour d'iOS va limiter la capacité des éditeurs d'application à suivre les propriétaires d'iPhone. Anticipant cette décision néfaste pour ses activités, Facebook tente de convaincre ses utilisateurs d'accepter le ciblage publicitaire.

Le message envoyé par Facebook aux utilisateurs d'iPhone
Le message envoyé par Facebook aux utilisateurs d'iPhone
Crédit : Facebook
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste

Facebook va essayer de convaincre ses utilisateurs des bienfaits du suivi publicitaire. Attaqué par Apple au coeur de son modèle économique avec le déploiement à venir d'une option limitant les capacités de pistage des éditeurs d'applications dans la prochaine mise à jour d'iOS, le géant des réseaux sociaux va tenter de rallier ses utilisateurs à sa cause en les incitant à accepter le tracking à des fins de ciblage publicitaire.

Dans cette perspective, l'entreprise de Mark Zuckerberg a commencé à envoyer une notification à certains utilisateurs d'iOS pour leur demander la permission de suivre leur activité sur Facebook et sur des sites Internet à des fins publicitaires. "Autoriser Facebook à utiliser votre activité sur des applications et des sites tiers ?", peut-on lire sur le message, qui devrait être proposé à tous les utilisateurs de Facebook mais aussi d'Instagram sur iPhone dans les prochaines semaines.

Facebook met en avant deux arguments pour légitimer le suivi publicitaire : cela permettra aux internautes de voir s'afficher des publicités plus personnalisées et cela aidera les entreprises partenaires du réseau social qui se rémunèrent en vendant des espaces publicitaires ciblés. Notamment les PME, qui pourraient être les grandes perdantes de cette nouvelle donne, selon Facebook.

Facebook ne pourra plus vous suivre à la trace si vous refusez

Dans les prochaines semaines, tous les utilisateurs devront donc choisir entre "Autoriser" et "Ne pas autoriser" l'entreprise à récolter des données sur leur activité. S'ils acceptent, les publicités qui leur seront proposées ne vont pas changer, explique Facebook. "Donner son consentement ne conduit pas Facebook à collecter de nouveaux types de données", promet Dan Levy, vice-président du groupe en charge des produits publicitaires.

À lire aussi

S'ils refusent, en revanche, les utilisateurs verront quand même des annonces, mais elles leur correspondront moins car Facebook et ses partenaires ne pourront plus les pister lors de leur navigation sur le réseau social et d'autres applications pour croiser leurs données et affiner leur profil consommateur. Mais cela ne changera rien à l'expérience et aux fonctionnalités sociales offertes par Facebook et ses applications. 

Face aux faibles bénéfices apportés par la récolte et l'exploitation de données à des fins publicitaires aux utilisateurs finaux, Facebook et les développeurs d'application peuvent légitimement s'inquiéter de voir une grande majorité des propriétaires d'iPhone et d'iPad choisir de refuser le tracking. La société de Mark Zuckerberg pourrait aller jusqu'aux tribunaux et lancer une action antitrust contre Apple qu'elle accuse d'abus de position dominante.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/