1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Pornhub, Tukif, Xvideos... Les pistes des sites porno pour éviter un blocage en France
5 min de lecture

Pornhub, Tukif, Xvideos... Les pistes des sites porno pour éviter un blocage en France

Les sites mis en demeure par le CSA ont deux semaines pour trouver une solution qui soit à la fois satisfaisante pour l'autorité, en matière de traitement des données personnelles et viable sur le plan économique.

Une enseigne Pornhub à l'édition 2017 de l'exposition "Divertissement pour Adulte" au Hard Rock Hotel & Casino à Las Vegas (États-Unis).
Une enseigne Pornhub à l'édition 2017 de l'exposition "Divertissement pour Adulte" au Hard Rock Hotel & Casino à Las Vegas (États-Unis).
Crédit : Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Le couperet est tombé juste avant les fêtes de fin d'année. Conformément au décret publié début octobre faisant de lui le nouveau gendarme des sites porno, le CSA a envoyé des mises en demeure à cinq sites pour adultes dont l'accès est jugé trop facile pour les mineurs. Les plateformes mises en cause ont quinze jours pour mettre en place un contrôle de l'âge sur leur page d'accueil en remplacement de la simple déclaration de majorité validée par un clic. Ce procédé est désormais considéré comme insuffisant par la loi votée en juillet 2020 qui impose aux sites pornographiques de vérifier que leurs utilisateurs ne sont pas mineurs.

Cette injonction du CSA, consécutive à la saisine de plusieurs associations il y a environ un an, est l'aboutissement d'une longue procédure qui puise sa source dans la volonté affichée par Emmanuel Macron au début du quinquennat. Dans un discours prononcé lors de la journée des violences faites au femmes fin 2017, le Président avait appelé de ses voeux à limiter l'exposition des mineurs à la pornographie et l'influence que ce "genre qui fait de la sexualité un théâtre d'humiliation et de violences faites à des femmes qui passent pour consentantes" peut exercer "sur les jeunes esprits".

Les éditeurs des sites Pornhub, Xvideos, Xnxx, Tukif et xHamster ont maintenant moins de deux semaines pour trouver la solution de contrôle d’âge la plus à même de satisfaire le président du CSA. S'ils n'y parviennent pas, l'autorité pourra saisir la justice pour demander le blocage du nom de domaine de ces plateformes par les fournisseurs d'accès à Internet selon une procédure similaire à celle en vigueur pour les jeux d'argent en ligne.

La Cnil recommande de passer par un tiers de confiance

La loi de juillet 2020 n'impose pas de méthode particulière pour vérifier l'âge des internautes. Et le CSA n'a pas fourni de cahier des charges aux plateformes comme le décret du 7 octobre lui en laisse la possibilité. "La responsabilité revient aux sites de trouver les solutions qui leur permettent de mener leur activité en toute légalité", explique l'instance, jointe par RTL. Toute la problématique pour les sites concernés est de trouver une solution qui soit à la fois satisfaisante pour l'autorité et en matière de traitement des données personnelles et viable sur le plan économique. 

À lire aussi

Saisie par le ministère de la Culture, la Cnil a donné quelques pistes pour cela dans un avis rendu public cet automne. L'instance a tracé des lignes rouges, jugeant contraire au RGPD la collecte de pièces d'identité officielles, l'estimation de l'âge des utilisateurs sur la base de leur historique de navigation et les solutions de vérification de l'identité qui conduiraient au traitement de données biométriques

La CNIL suggère plutôt de passer par un tiers de confiance et préconise des solutions qui intégreraient un mécanisme de double anonymat, afin d'empêcher d'une part le tiers de confiance d'identifier le site ou l'application à l'origine de la demande de vérification, et d'autre part, de faire obstacle à la transmission de données identifiantes relatives à l'utilisateur au site ou à l'application qui délivre des contenus pornographiques.

Dans ces conditions, plusieurs possibilités s'offrent aux plateformes mises en cause. Elles pourraient utiliser une solution reposant sur une carte de paiement avec une transaction à zéro euro. Le producteur français de films porno Marc Dorcel a déjà recours à ce système pour filtrer l'accès à ses contenus gratuits. Le site "Jacquie et Michel" utilise aussi un dispositif du même genre à travers l'outil My18Pass qui vérifie l'âge des internautes à partir d'une carte bancaire et d'une pièce d'identité. Cette solution semble avoir convaincu les autorités car le site n'a pas été mis en demeure alors qu'il était initialement visé par la saisine des associations.

Les autres plateformes pourraient aussi choisir de s'appuyer sur les buralistes, qui sont déjà tenus de vérifier la majorité de leurs clients avant de vendre des cigarettes ou des magazines pour adultes. Une solution pourrait résider dans la vente de codes à usage unique interdits aux moins de 18 ans que les internautes n'auraient plus qu'à renseigner sur les sites porno pour prouver qu'ils sont bien majeurs.

Les sites visés dénoncent un biais concurrentiel

Ce contexte incertain est propice à l'innovation. Interrogé par RTL mi-octobre, le gestionnaire du site Tukif, visé par la procédure du CSA, expliquait avoir développé en interne son propre système Age-Verif pour valider l'âge des internautes à partir d'un selfie, en extrayant la date de naissance d'une carte d'identité ou à partir d'un numéro de carte bancaire, directement sur l'appareil des internautes.

Le système Age Verif
Le système Age Verif
Crédit : Age Verif

Une autre proposition est sortie du chapeau de l'entreprise française Pokmi, une jeune pousse à mi-chemin entre le monde du porno et les cryptomonnaies qui aspire à apporter plus de transparence dans la rémunération des artistes et des créateurs de contenus pour adultes à la faveur de la technologie blockchain. 

La plateforme a mis en place ces derniers jours un système de vérification de l'âge basé sur l'analyse des traits du visage de ses utilisateurs. Conçu avec le britannique Yoti, l'un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions de ce genre, le système se veut RGPD compatible. "Ce n'est pas de la reconnaissance faciale car les éléments du visage utilisés ne permettent pas d'identifier une personne. Et les données sont supprimées instantanément après l'estimation de l'âge", promet le cofondateur de l'entreprise, Nils Lataillade, qui se dit toujours dans l'attente d'une validation par les autorités. Coût du dispositif : 50 centimes par utilisateur. Pas forcément un frein pour ce site émergent qui revendique 65.000 fidèles.

La problématique est différente pour un site à l'audience plus conséquente comme Tukif. Son éditeur nous expliquait cet automne que son système ne pourrait pas réaliser des opérations trop complexes, comme la comparaison d'un selfie avec un document d'identité ou la transaction bancaire à zéro euro, sous peine de générer des coûts trop importants. "Un dispositif combinant la vérification de la carte bancaire et de la pièce d'identité comme sur Jacquie et Michel coûte entre 25 et 30 centimes par utilisateur. Si vous multipliez ça par un million d'utilisateurs par jour, c'est la faillite en une semaine", assurait-il alors.

Tukif dénonçait par ailleurs une autre problématique soulevée par la procédure en cours : la non simultanéité des mises en demeure qui induit un biais concurrentiel entre les sites pornographiques alertés, contraints de procéder à un filtrage sur leur page d'accueil, et ceux où les internautes peuvent toujours se contenter de cliquer sur "J'ai plus de 18 ans" pour accéder aux vidéos. C'est notamment le cas du site YouPorn, qui n'est pas visé par les premières mises en demeure du CSA car il n’était pas inclus dans la première saisine reçue par l'instance, alors qu'il est l'un des plus populaires du genre. 

Avant la France, le Royaume-Uni avait tenté une initiative législative similaire en 2017. Mais le gouvernement avait fait marche arrière après deux ans de polémique à défaut de trouver la formule magique. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/