1. Accueil
  2. Actu
  3. Sciences et Tech
  4. Les restes d'une fusée chinoise vont retomber sur Terre à partir du 8 mai
3 min de lecture

Les restes d'une fusée chinoise vont retomber sur Terre à partir du 8 mai

La fusée qui a mis en orbite le premier module de la future station spatiale chinoise début mai a entamé une redescente incontrôlée vers la Terre. Elle pourrait rentrer dans l'atmosphère à partir du 8 mai.

Une fusée Longue Marche 5B, transportant le module central de la station spatiale chinoise Tianhe, décolle du centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, dans le sud de la Chine, le 29 avril 202
Une fusée Longue Marche 5B, transportant le module central de la station spatiale chinoise Tianhe, décolle du centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, dans le sud de la Chine, le 29 avril 202
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste

Le 29 avril dernier, la Chine lançait une nouvelle étape de son ambitieux programme spatial en plaçant en orbite les premiers modules de sa future station spatiale Tianhe. Mais contrairement aux lanceurs Falcon 9 de SpaceX, la fusée Longue Marche 5B chargée de transporter ces éléments dans l'espace n'est pas revenue se poser sur Terre quelques minutes après son lancement. L'étage central de l'engin s'est placé temporairement en orbite basse de la Terre une fois détaché du module qu'il convoyait. Et après avoir dérivé quelques jours, le voila désormais rattrapé par l'attraction terrestre. 

Les restes de cette fusée chinoise sont aujourd'hui en train de redescendre vers la Terre. Selon les informations de la presse spécialisée, cet énorme débris de 20 mètres de long et de plus de 20 tonnes va faire une rentrée incontrôlée dans notre atmosphère dans les prochains jours. L'engin file actuellement à plus de 27.750 km/h à 277 kilomètres au-dessus de la Terre. Les experts estiment que la retombée aura lieu d'ici le 10 mai, avec une précision de plus ou moins deux jours. 

En temps normal, dans le cadre d'un retour sur Terre contrôlé, les débris spatiaux terminent leur course au cœur de l'océan Pacifique, dans une immense bande de 24 millions de kilomètres carrés éloignée de toute terre, connue sous le nom de point NEMO. Des centaines d'appareils y dorment actuellement, dont la station Mir, depuis 2001. 

Mais dans certains cas, la redescente sur Terre n'est pas maîtrisée. Comme l'expliquait un spécialiste de la question à RTL il y a trois ans, à l'occasion du retour sur Terre de la station spatiale chinoise Tiangong-1, il est impossible de modéliser à l'avance la trajectoire de ces objets en raison de la dynamique complexe de la haute atmosphère.

À lire aussi

"La précision d’une rentrée correspond à 10% du temps restant avant la rentrée. Dix jours avant, vous pouvez l'estimer à plus ou moins un jour. Un jour, c’est quatorze orbites. Dix jours avant, vous n’avez donc pas la moindre idée d’où ça peut retomber. La veille de la rentrée, vous avez une précision de l’ordre de 2 heures. Or, 2 heures, c’est 60.000 km", soulignait Christophe Bonnal, expert des débris spatiaux au Cnes.

Le risque de toucher des personnes est très faible

Heureusement, ces descentes incontrôlées présentent un risque limité pour la Terre. Comme la Terre est essentiellement recouverte d'océans, de forêts et de déserts, les probabilités que les restes de fusée tombent dans des zones non peuplées sont fortes. Et une grande partie de la fusée doit se consumer en pénétrant dans l'atmosphère. Seuls les composants les plus résistants retomberont sur Terre, comme le moteur ou les réservoirs en titane.

Le retour sur Terre de débris spatiaux est très fréquent. Un ou deux gros objets entiers pénètrent dans l'atmosphère terrestre chaque semaine et se désintègrent avant de toucher le sol. Mais le retour sans contrôle d'objets de plus de 10 tonnes est moins habituel. 

"L'étage central de la Long March 5B est sept fois plus massif que le second étage de la Falcon 9 de SpaceX, (...) C'est vraiment négligent de la part de la Chine", a estimé l'astrophysicien Jonathan McDowell interrogé par le Guardian. En mai dernier, les restes d'une fusée chinoise, déjà, étaient retombés à proximité de villages de Côte d'Ivoire après avoir frôlé les États-Unis. Aucune victime humaine directe n'a encore été déplorée à ce jour.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/