1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Les avions sans pilote sont proches mais ils devront convaincre les passagers
1 min de lecture

Les avions sans pilote sont proches mais ils devront convaincre les passagers

Laisser des avions voler sans pilote permettrait au secteur de faire des économies conséquentes. Mais les passagers se montrent encore réticents, selon une étude menée par la banque suisse UBS.

Un avion de ligne (illustration)
Un avion de ligne (illustration)
Crédit : SIPA
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Des avions sans pilote dans les cockpits, une idée qui prend de plus en plus de hauteur. Les avions autonomes pourraient arriver sur le marché dès 2025. Ils permettraient aux compagnies aériennes de réaliser des économies vertigineuses. Mais ils constituent pour l'instant un défi technologique et réglementaire conséquent et laissent les passagers dubitatifs. Telle est la conclusion d'une étude publiée par la banque suisse UBS, lundi 7 août.

Faire décoller des avions sans pilote permettrait à Airbus, Boeing et aux principales entreprises de transport aérien de mettre de côté pas moins de 35 milliards de dollars (29,8 milliards d'euros) chaque année et de doubler leurs profits en faisant l'économie du coût annuel des pilotes, chiffré à 31 milliards de dollars, et des frais de formation, qui s'élèvent à 3 milliards. Des appareils autonomes consommeront également moins de kérosène.

Ce pari technologique n'a jamais été aussi proche de devenir réalité. Lors du dernier salon du Bourget, début juin, Boeing a révélé ses travaux en la matière, affirmant sa volonté d'introduire de l'intelligence artificielle en cabine "capable de prendre des décisions qu'un pilote aurait prises" dès l'année prochaine. "Les bases technologiques existent déjà", assurait alors le vice-président du groupe, Mike Sinnett.

Les passagers réticents

Les avions de ligne automatisés devront évidemment surmonter de nombreux obstacles réglementaires et convaincre les autorités de leur fiabilité. Ils devront aussi passer outre les résistances des syndicats de pilotes qui ne resteront pas les bras croisés face à la disparition progressive de leur profession.Ensuite, après une automatisation progressive, ils devront alors réussir à convaincre les passagers de monter dans des avions sans pilote.

À lire aussi

Selon l'enquête d'UBS, seuls 17% des sondés se disent prêts à cette éventualité. 54% des personnes interrogées assurent qu'elles refuseraient de le faire même si le vol était moins cher qu'un vol normal. Les analystes d'UBS préconisent donc de familiariser dès que possible le public avec des vols commerciaux de plus en plus autonomes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/