1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. La Terre va dévier un astéroïde dans une mission de défense planétaire
3 min de lecture

La Terre va dévier un astéroïde dans une mission de défense planétaire

La Nasa doit lancer fin novembre une mission-test pour vérifier si l'on peut dévier un astéroïde à la faveur d'un impact cinétique. Dans moins d'un an, un vaisseau s'écrasera volontairement à la surface d'un astéroïde pour modifier son orbite.

Vue d'artiste de la mission DART avant l'impact sur le système binaire Didymos
Vue d'artiste de la mission DART avant l'impact sur le système binaire Didymos
Crédit : HANDOUT / NASA / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Le scénario n'a pas grand chose à envier au célèbre film Armageddon. Dans un an environ, la Nasa va propulser un vaisseau à la surface d'un astéroïde afin de dévier sa trajectoire dans un exercice grandeur nature de "défense planétaire". 

Baptisée DART, acronyme de Double Asteroid Redirection Test et synonyme de fléchette en anglais, cette mission doit permettre à l'humanité d'être protégée au cas où un astéroïde de grande taille menaçait de la percuter à l'avenir, même si aucun objet de ce type de ne précipite vers la Terre à ce jour.

La mission décollera dans trois semaines, le 23 novembre prochain, depuis la Californie du Nord à bord d'une fusée Falcon 9 de SpaceX. Elle doit atteindre sa cible dix mois plus tard, à onze millions de kilomètres au-dessus de nos têtes. La Nasa a présenté les grandes lignes du projet à l'occasion d'une conférence de presse jeudi 4 novembre.

Un astéroïde de 800 m de long et sa petite lune en ligne de mire

Dans le viseur de DART se trouve un double objectif, un système binaire. Il y a d'abord Didymos, un gros astéroïde de près de 800 mètres de long, deux fois la taille de la tour Eiffel. Et en orbite autour de lui, Dimorphos, une petite lune de 160 mètres de diamètre, haute comme la statue de la Liberté.

À écouter aussi

Les deux astéroïdes ne sont pas une menace pour la Terre. Au plus fort de leur approche, en septembre 2022, ils devraient se situer à un peu moins de 7 millions de kilomètres de la Terre. C'est à ce moment là que le vaisseau spatial de la mission DART devra atteindre Dimorphos pour s'y écraser à une vitesse de plus de 24.000 km/h. 

L'idée n'est pas de détruire l'astéroïde mais "juste lui donner un petit coup", a détaillé Nancy Chabot, du laboratoire de physique appliquée de l'université Johns Hopkins, qui conduit la mission en partenariat avec la Nasa. La collision devrait réduire l'allure de Dimorphos d'environ 1%. Les scientifiques veulent savoir si cela suffit à modifier son orbite et donc à dévier sa trajectoire.

Déroulé de la mission DART de la Nasa
Déroulé de la mission DART de la Nasa
Crédit : AFP

La clé est d'identifier les menaces potentielles

Un petit satellite fera également le voyage. Il sera lâché par le vaisseau principal dix jours avant l'impact, et utilisera son système de propulsion pour dévier légèrement sa propre trajectoire. Trois minutes après la collision, il survolera Dimorphos, afin d'observer l'effet du choc, et possiblement le cratère à la surface.

Si le test est concluant, "nous pensons que cette technique pourra faire partie d'une boîte à outils, que nous commençons à remplir, de manière à dévier un astéroïde", a expliqué Lindley Johnson, du département de Défense planétaire de la Nasa. Il a par exemple cité des méthodes qui pourraient utiliser la force gravitationnelle d'un vaisseau volant proche d'un astéroïde durant une longue période, ou bien l'utilisation de laser.

Mais il a rappelé que la clé était d'abord d'identifier les menaces potentielles. "La stratégie est de trouver ces objets non seulement des années, mais des décennies avant tout danger de collision avec la Terre", a-t-il souligné. Environ 27.000 astéroïdes proches de la planète bleue sont connus à l'heure actuelle.

L'astéroïde Bennu, qui mesure 500 mètres de diamètre, est l'un des deux astéroïdes identifiés de notre système solaire posant le plus de risque pour la Terre, selon la Nasa. Mais d'ici 2300, le risque d'une collision n'est que de 0,057%.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/