1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. La NASA va envoyer une sonde qui plongera dans l'atmosphère du soleil
1 min de lecture

La NASA va envoyer une sonde qui plongera dans l'atmosphère du soleil

Mercredi 31 mai, l'agence spatiale américaine a annoncé le lancement, en 2018, d'une sonde s'approchant plus près du soleil qu'aucun autre objet humain auparavant.

Le soleil (illustration)
Le soleil (illustration)
Crédit : SIPANY/SIPA
Maxime Magnier & AFP

La seule étoile de notre système solaire s'apprête à livrer quelques-uns de ses secrets. Mercredi 31 mai, la NASA a annoncé l'envoi d'une sonde vers le soleil en 2018, afin de mieux comprendre sa dynamique et l'origine des vents solaires affectant la vie sur Terre.

Baptisé Parker Solar Probe, l'engin sera le premier à s'approcher aussi près de notre étoile, jusqu'à 6,2 millions de km du soleil, soit sept fois plus près que les sondes précédentes. Selon Nicola Fox, la responsable scientifique de la mission au Laboratoire de physique appliquée de l'Université Johns Hopkins, dans le Maryland, "cette mission permettra de répondre à des questions très simples comme celle de savoir pourquoi la couronne solaire est plus chaude que la surface du soleil, ce qui défie les lois de la nature".

D'après la scientifique, le vaisseau pourrait aussi permettre d'expliquer "pourquoi dans cette partie de l'atmosphère du soleil, se forment soudainement des charges d'énergie qui échappent à l'attraction de l'étoile et vont frapper les planètes". 

Améliorer les prévisions des éruptions solaires

Équipée d'une protection thermique faite de carbone composite épaisse de 11,4 centimètres permettant de maintenir une température de 15 à 25 degrés à l'intérieur - ce qui lui permettra d'échapper au quelque 1.400 degrés Celsius qu'elle devra affronter -, la sonde sera lancée depuis le Centre spatial Kennedy, en Floride, au cours d'une fenêtre de tir de vingt jours qui s'ouvrira le 31 juillet prochain.

À lire aussi

L'engin, de la taille d'une petite voiture, mettra alors sept ans pour atteindre le soleil, et survolera auparavant Vénus à sept reprises pour réduire progressivement son orbite autour de l'étoile. Grâce à ses quatre instruments, il récoltera des données sur le mécanisme thermique qui chauffe la couronne du soleil et qui accélère les vents solaires, un flux constant de particules ionisées à plus de 500 kilomètres par seconde. Ces observations devraient permettre d'améliorer les prévisions des éruptions solaires qui affectent les activités terrestres comme le fonctionnement des satellites et la sécurité des astronautes dans l'espace.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/