3 min de lecture Elon Musk

Jouer aux jeux vidéo par la pensée, la dernière lubie d'Elon Musk

L'entrepreneur milliardaire a révélé les dernières avancées de sa société Neuralink qui conçoit une interface neuronale pour augmenter les capacités de l'homme. La startup aurait testé un nouvel implant sur des singes pour leur permettre de jouer à des jeux vidéo par la pensée.

Elon Musk travaille à la conception d'une interface homme-machine via sa startup Neuralink
Elon Musk travaille à la conception d'une interface homme-machine via sa startup Neuralink Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Un singe capable de jouer à des jeux vidéos par la pensée grâce à un implant cérébral. Interrogé sur le nouveau réseau social Clubhouse, qui repose sur des conversations audio en direct mais est réservé aux initiés pour l'instant, Elon Musk s'est livré le 1er février à quelques confessions sur l'avancée des projets de  qui conçoit une interface cerveau-machine dopée à l'intelligence artificielle.

Le milliardaire américain, qui a pris ses distances avec Twitter ces dernières heures, a expliqué que la dernière version de ses implants cérébraux avait été testée sur un singe pour permettre à l'animal de contrôler une interface connectée par la pensée. 

"Nous avons déjà un singe avec une puce implantée dans le crâne, et des fils minuscules, qui peut jouer à des jeux vidéo par la pensée. L'une des choses que nous essayons de comprendre est de savoir si les singes peuvent jouer à Pong entre eux avec leur esprit", a affirmé Elon Musk, selon des propos rapportés par .  Cette nouvelle puce a la particularité d'être sans fil, ce qui réduit les risques potentiels d'infection. 

Des implants déjà testés sur des cochons

Neuralink teste ses interfaces neuronales sur des animaux depuis plusieurs années. Elon Musk avait présenté l'an passé un premier implant autonome et fonctionnel qui avait cette fois été implanté dans le cerveau d'un cochon. La vidéo visait à démontrer comment l'entreprise pouvait enregistrer et prédire des actions sur la base d'informations collectées par la puce. Cette expérience avait soulevé . 

À lire aussi
Coronavirus France
Pass sanitaire : la France va intégrer les certificats de tests et de vaccination dans TousAntiCovid

À travers Neuralink, Elon Musk espère augmenter les capacités du cerveau humain en s'appuyant sur la puissance de calcul des machines. Ces puces pourraient servir à traiter des maladies neurologiques dans un premier temps puis relever de la chirurgie de confort lorsque les implants seront suffisamment fiables pour permettre à des clients de doter leur cerveau d'une puissance informatique.

Neuralink n'est pas la seule entreprise à caresser le rêve de contrôler la pensée par ordinateur. Facebook finance aussi un projet visant à traduire en mots l'activité du cerveau à l'aide d'algorithmes pour rendre la parole à des personnes rendues muettes par des maladies dégénératives. 

De nombreux scientifiques se montrent extrêmement sceptiques face à ces projets. Ils mettent en avant le caractère unique de la structure du cerveau qui n'est pas aussi compartimenté qu'aimeraient le croire ces nouveaux démiurges. 

De façon plus prosaïque, les communications d'Elon Musk visent aussi à mettre en lumière les travaux de sa société auprès de nouveaux talents qui seraient susceptibles de rejoindre ses équipes, comme il l'a rappelé lors de son intervention sur Clubhouse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Elon Musk Intelligence artificielle Fil Futur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants