3 min de lecture Instagram

Instagram Kids : pourquoi des experts de l'enfance demandent l'abandon du projet

Facebook développe une version spéciale d'Instagram pour les moins de 13 ans. Des spécialistes de l'enfance alertent sur les nombreux risques induits par l'utilisation des réseaux sociaux et d'Instagram en particulier par les plus jeunes.

Le logo d'Instagram aux États-Unis (illustration)
Le logo d'Instagram aux États-Unis (illustration) Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Sitôt évoqué, déjà décrié. Le projet de Facebook de lancer une version d'Instagram à destination des moins de 13 ans suscite une vive opposition des associations de protection de l'enfance. Une coalition internationale de spécialistes du sujet a adressé le 15 avril une lettre ouverte au patron du réseau social, Mark Zuckerberg, lui demandant tout simplement l'abandon du projet.

D'après les signataires de la lettre, envoyée par un collectif militant contre le marketing ciblant les enfants, "lancer une version d'Instagram pour les moins de 13 ans n'est pas le bon remède et mettrait les jeunes en grand danger". 

À leurs yeux, une telle plateforme permettrait naturellement à Facebook de générer "de précieuses donnes familiales" et de "fidéliser une nouvelle génération d'utilisateurs" à son écosystème. Mais elle exposerait les enfants aux biais cognitifs exploités par Instagram et les réseaux sociaux pour capter l'attention des utilisateurs.

"Instagram exploite la peur des jeunes de passer à côté d’un événement et de leur désir d’approbation par leurs pairs pour encourager les enfants à consulter frénétiquement leur smartphone et partager des photos avec leurs abonnés. L'accent constamment mis par la plateforme sur l’apparence et l’image constituent des défis pour la vie privée et le bien-être des adolescents”, écrivent les spécialistes. 

À lire aussi
sexualité
Couple : La dépression suite à une rupture amoureuse

Ils rappellent que l'utilisation excessive des écrans et des réseaux sociaux est associée à de nombreux risques chez les enfants et les adolescents, comme les troubles de l'alimentation, l'obésité, les dommages psychologiques, le mal-être, les problèmes de sommeil, la dépression et un risque accru de suicide.

Un lourd passif en matière de mise en danger des plus jeunes

Encore en gestation, le projet d'Instagram Kids a été officialisé mi-mars par le patron d'Instagram. "Nous avons tout juste commencé à explorer une version d'Instagram pour les adolescents les plus jeunes", a confirmé auprès de l'AFP Stephanie Otway, une porte-parole de Facebook.

Selon le réseau social, cette version d'Instagram a pour priorité la sécurité et le respect de la vie privée. L'entreprise promet de ne pas afficher de publicité sur la plateforme et de consulter des experts du développement de l'enfant, de la sécurité et de la santé mentale ainsi que des défenseurs de la vie privée au cours de son développement.

À l'heure actuelle, un âge minimum légal de 13 ans est nécessaire pour s'inscrire sur Instagram. Mais les jeunes utilisateurs peuvent mentir sur leur date de naissance et se retrouver à évoluer dans la même interface que les adultes, ce qui les expose à de nombreux contenus inadaptés et à des interactions non consenties pouvant conduire à des faits de harcèlement voire de prédation sexuelle.

Instagram a annoncé en mars une série de mesures pour empêcher les adultes d'importuner ses jeunes utilisateurs. Mais la plateforme fait face au défi de la vérification de l'âge lors de l'inscription, une science très incertaine pour laquelle aucun outil n'a encore fait ses preuves. Y compris la vérification automatique par des algorithmes d'intelligence artificielle, l'option privilégiée par Instagram ces derniers mois.

"Il n'existe pas de solution satisfaisante pour l'instant. C'est le même problème que pour la pornographie. Et si on ne peut pas valider le profil d'un mineur, ça veut dire qu'un adulte pourra aller aussi sur un éventuel Instagram Kids", déclarait mi-mars à RTL, Cyril Di Palma, délégué national de l'association Génération numérique.

Les signataires de la lettre notent à ce sujet qu'il est peu probable que les enfants âgés de 10 à 12 ans qui possèdent déjà un compte Instagram en infraction avec les conditions d'utilisation migrent vers une version Kids et une expérience restreinte. Ils enfoncent le clou en arguant que "la longue expérience de Facebook en matière d'exploitation et de mise en danger des plus jeunes en fait une entreprise particulièrement inadaptée pour gérer un site de partage de photos et de messagerie dédié aux enfants".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Instagram Facebook Réseaux sociaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants