1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook : une autre base de données plus ciblée vendue par des pirates
2 min de lecture

Facebook : une autre base de données plus ciblée vendue par des pirates

Selon le site américain Motherboard, une base de données regroupant des numéros de téléphone liés à des pages Facebook est monnayée en ce moment par des pirates sur la messagerie privée Telegram.

Facebook a lancé son service de rencontres en France en octobre 2020
Facebook a lancé son service de rencontres en France en octobre 2020
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Au regard des nombreuses fuites de données subies par Facebook ces dernières années, il est peut-être temps de considérer une bonne fois pour toutes que la plupart des informations que vous confiez au réseau social sont susceptibles d'être divulguées un jour. 

Alors que les régulateurs européens et français mènent l'enquête pour établir la responsabilité de l'entreprise de Mark Zuckerberg dans la fuite de 533 millions de numéros de téléphone du réseau social, le site américain Motherboard affirme qu'une nouvelle base de données illicite issue de la plateforme circule sur des forums spécialisés.

D'après les constatations du site spécialisé, ce catalogue comprend les numéros de téléphones de membre de Facebook mais aussi les pages auxquelles ils sont abonnés ce qui permet de les trier en fonction de leurs centres d'intérêts, les fameux likes de pages qui renvoient vers leurs préférences en matière de politique, religion, culture, sport ou même de santé.

Le journaliste de Motherboard a pu confirmer que cette base de données est différente de celle qui a été publiée début avril avec 533 millions de numéros. Elle comprend des numéros de téléphone qui n'apparaissent pas dans la fuite précédente. Il s'agit de numéros de téléphone que les utilisateurs n'avaient pas rendu publics. 

Pas possible de vérifier si l'on est concerné

À lire aussi

Les informations se monnaient sur l'application Telegram, où la base de 533 millions de numéros avait elle aussi été proposée début janvier. Une page avec des dizaines de milliers de likes des utilisateurs de Facebook peut coûter plusieurs centaines de dollars. Les données sont gratuites si une page à moins de 100 likes.

On ignore pour l'instant le nombre d'internautes concernés par cette base de données. Il n'existe pas de moyen de vérifier les numéros de téléphone figurant dans la fuite à moins d'acheter les informations sur Telegram, une activité illégale. Cette nouvelle brèche expose les victimes à des escroqueries en ligne et à des démarchages abusifs plus ciblés, car elle permet de trier les internautes en fonction de leurs centres d'intérêts. 

Facebook ne s'est pas encore exprimé sur cette faille. Concernant le précédent incident, le réseau social n'a pas l'intention de prévenir directement les victimes, comme la loi l'y oblige. Le géant américain considère que le problème a été identifié et résolu en 2019 et rejette la responsabilité sur ses utilisateurs. Une enquête est actuellement menée par la Commission irlandaise de protection des données pour faire la lumière sur d'éventuels manquements du réseau social.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/