1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook forcé de revendre Giphy : pourra-t-on toujours envoyer des gifs sur Messenger ?
2 min de lecture

Facebook forcé de revendre Giphy : pourra-t-on toujours envoyer des gifs sur Messenger ?

Le groupe Meta a été contraint par les autorités britanniques de vendre sa filiale spécialisée dans le partage de gifs animés.

Giphy est le premier distributeur de GIF d'Internet
Giphy est le premier distributeur de GIF d'Internet
Crédit : Giphy
profilrtl
Benjamin Hue

Facebook va donc devoir revendre Giphy. À l'issue d'une bataille antitrust initiée en 2019, le Royaume-Uni a fini par confirmer sa position selon laquelle la prise de contrôle du groupe Meta sur la plateforme spécialisée dans les gifs animés pourrait nuire à ses rivaux et avoir un impact négatif sur l'innovation dans le secteur de la publicité. C'est la première fois qu'un régulateur impose à l'entreprise de Marck Zuckerberg de revenir sur une acquisition déjà entérinée.

Après avoir épuisé tous ses recours, le groupe technologique a fini par confirmer qu'il allait bien revendre la galerie d'images animées achetée en 2000 pour environ 400 millions de dollars. À l'époque, Facebook souhaitait intégrer la bibliothèque de gifs à Instagram pour aider ses utilisateurs à trouver plus facilement les images animées adaptées à leurs publications. 

Dans trois verdicts successifs, les autorités britanniques ont estimé que cette opération a empêché Giphy, qui commercialisait des gifs sponsorisés avant le rachat, de devenir un acteur majeur de la publicité sur les réseaux sociaux susceptible de contester la position dominante de Facebook. Elles considèrent en outre que Facebook pourrait facilement modifier les conditions d'utilisation de Giphy à l'avenir pour contraindre les plateformes sociales rivales, comme TikTok ou Snapchat, à fournir plus de données sur les internautes qui utilisent la bibliothèque de gifs. Or, ces derniers sont présentés comme "un moteur important de l'engagement des utilisateurs sur les réseaux sociaux".

Les gifs continueront d'exister sur Facebook, mais leurs données ne seront plus entre ses mains

Cette décision illustre le changement de ton des régulateurs, qui n'avaient pas retoqué l'absorption d'Instagram en 2012 et de WhatsApp en 2014, alors que de plus en plus de voix s'élèvent aux États-Unis et en Europe pour remettre en cause la domination de Facebook sur les réseaux sociaux. Accusés d'avoir laissé Mark Zuckerberg accumuler un trop important pouvoir économique, social et politique, les gendarmes de la concurrence entendent aujourd'hui encadrer étroitement les acquisitions des grands groupes technologiques. Ils souhaitent vérifier si elles ne visent pas à étouffer l'émergence d'un potentiel rival. Les analystes ont d'ailleurs noté que cette décision n'était pas un bon signal pour les autres opérations du secteur, comme la fusion prévue entre Microsoft et Activision.

À écouter aussi

Dans ces conditions, Facebook va devoir trouver un repreneur pour la méga-bibliothèque de gifs aux 700 millions d'utilisateurs quotidiens. Le réseau social perdra alors la main sur les données liées aux usages de ce langage universel illustré et ses leviers. Cette opération devrait cependant être indolore pour les utilisateurs des réseaux sociaux du groupe Meta, où le catalogue de Giphy côtoie déjà les images animées de la plateforme Tenor, propriété de Google depuis 2018. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.