1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. "eFootball 2022" conspué : comment Konami a massacré l'héritage de PES
4 min de lecture

"eFootball 2022" conspué : comment Konami a massacré l'héritage de PES

Pro Evolution Soccer, rival historique de FIFA, a laissé place le 30 septembre à eFootball 2022, un titre gratuit, truffé de bugs et mal modélisé sorti dans la précipitation pour copier les pratiques les plus discutables de la concurrence.

Les modélisations ratées des stars dans eFootball 2022 ont été conspuées sur les réseaux sociaux
Les modélisations ratées des stars dans eFootball 2022 ont été conspuées sur les réseaux sociaux
Crédit : Konami
Benjamin Hue
Benjamin Hue

L'histoire retiendra que le passage aux consoles de nouvelle génération a acté la fin de PES. Après vingt-cinq ans d'existence, Pro Evolution Soccer, rival historique de FIFA en matière de simulation de football, a laissé place le 30 septembre à eFootball 2022, un titre gratuit, truffé de bugs et mal modélisé dont le lancement précipité illustre la façon dont les objectifs commerciaux ont supplanté l'ambition créative chez Konami.

Rarement un titre aura été autant conspué à sa sortie par les joueurs sur les réseaux sociaux. Les représentations peu flatteuses des stars Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo ont donné lieu à des milliers de messages de moquerie depuis jeudi. Des joueurs ont aussi partagé des séquences de jeu absurdes montrant des animations buggées et un gameplay digne d'un jeu mobile, à des années lumières de l'expérience complexe et réaliste qui a fait le sel de la franchise lors des deux décennies passées. 

Sur la plateforme de vente de jeux vidéo en ligne Steam, le titre a reçu des dizaines de milliers de réactions "extrêmement négatives" décrivant "une honte", "graphiquement en retard", "un jeu sans contenu aux nombreux bugs et collisions" et "un gameplay infâme d'une lourdeur exaspérante". Face à l'ampleur du fiasco, Konami a présenté ses excuses vendredi et promis de revoir sa copie dans les prochaines semaines.

Les jeux de foot ne jurent plus que par les micro-achats

La mise à mort de PES était pressentie depuis cet été. Lorsque Konami a annoncé que la licence allait prendre la forme d'une version "free-to-play" à la rentrée - un titre en accès gratuit avec des options d'achat, le modèle économique en vogue dans l'industrie du jeu vidéo - les fans de la franchise ne se faisaient plus trop d'illusions sur l'avenir du jeu de foot phare du milieu des années 2000. 

À lire aussi

Même s'il avait toujours les faveurs des puristes pour son expérience de jeu plus réaliste, PES ne boxait plus dans la même catégorie que son rival depuis le début des années 2010. Ces dernières années, il s'écoulait plus de quinze FIFA chaque fois qu'un PES se vendait. Dominé sur le plan des contenus, PES a raté la transition vers les consoles PS3 et Xbox 360. Puis Konami n'a pas vu venir l'avènement de FIFA Ultimate Team en 2013. 

Aussi addictif que populaire, ce mode de jeu permet de créer son équipe en ligne et de la faire évoluer grâce à des cartes de joueurs réels et légendaires à échanger contre de la monnaie virtuelle ou à gagner dans des packs dont le fonctionnement s'apparente à une loterie. Il est possible d'accumuler lentement ces crédits au fil des victoires contre des joueurs en ligne ou beaucoup plus rapidement avec la carte bancaire. Chaque année, les joueurs repartent de zéro pour favoriser l'émulation. 

Des joueurs peuvent dépenser des centaines d'euros dans l'espoir de s'offrir les cartes de leurs joueurs préférés sur FIFA
Des joueurs peuvent dépenser des centaines d'euros dans l'espoir de s'offrir les cartes de leurs joueurs préférés sur FIFA
Crédit : EA

En moins de dix ans, cette course à l'armement est devenue le premier poste de dépense des joueurs de FIFA et représente aujourd'hui plus d'un tiers des revenus d'EA, son éditeur américain. Ces pratiques à la frontière des jeux d'argent sont dans le viseur des pouvoirs publics, inquiets de leur influence sur les jeunes joueurs. Mais seule la Belgique a interdit la vente de ces packs il y a deux ans.

Une expérience mobile minimaliste déclinée sur tous les supports

Pro Evolution Soccer est donc désormais un jeu gratuit, accessible sur toutes les consoles et bientôt sur mobile, afin de favoriser sa diffusion au plus grand nombre. Mais son contenu est volontairement limité pour inciter le public à s'offrir des options. Pour le moment, les joueurs ont seulement accès à des matches avec 9 équipes (Arsenal, Manchester United, Lazio, As Roma, FC Barcelone, Zenith, Flamengo, Sao Polo et River Plate, aucune française). Exit la Ligue des Masters. Le mode hors-ligne, pilier historique de PES, n'est plus la priorité de Konami. Les joueurs sont incités à s'affronter en ligne, où le catalogue est beaucoup plus fourni et où ils peuvent acquérir des crédits.

La plupart des nouveautés et les modes de jeu supplémentaires seront disponibles plus tard. Il faudra acheter des packs en option pour les débloquer. Le premier "Premium player pack" est facturé 40 euros par Konami. Outre le jeu de base eFootball 2022, il contient 2.800 "Pièces eFootball" et 6 "Accords chanceux". Ces lots énigmatiques pour les non-initiés désignent "des opportunités d'obtenir des cartes de joueurs légendaires pour renforcer leur équipe créative lors de la mise à jour d'automne". Konami applique à la lettre la recette qui a fait la fortune de FIFA.

Cet hiver, l'éditeur japonais proposera une mise à jour pour rendre le jeu entièrement cross-platform et permettre aux joueurs sur smartphone d'affronter des concurrents sur console, ouvrant la voie à des compétitions en ligne mêlant tous les supports. Au-delà de cet horizon, le message est clair : eFootball 2022 est avant tout un jeu mobile, son marché le plus porteur, décliné sur toutes les plateformes à la faveur d'un gameplay minimaliste. Engagé dans sa quête lucrative, Konami a tiré un trait sur l'héritage de son monument. Un pari raté pour le moment.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/