2 min de lecture Aéroport

Comment fonctionne la reconnaissance faciale testée à l’aéroport d’Orly

Depuis quelques jours, les passagers volontaires peuvent expérimenter la reconnaissance faciale au dépose bagages et à l’embarquement pour certains vols au départ de l’aéroport d’Orly.

Des passagers à l'aéroport d'Orly, en octobre 2012 (Illustration).
Des passagers à l'aéroport d'Orly, en octobre 2012 (Illustration). Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Présenter simplement son visage à la caméra d’une borne pour enregistrer ses bagages, franchir les portiques et monter à bord de l’avion sans avoir à sortir son billet ni ses papiers d’identité : un scénario désormais réalité à l'aéroport d'Orly. Depuis le 18 mars, les passagers de certains vols au départ de l’aéroport au sud de Paris peuvent expérimenter la reconnaissance faciale à plusieurs étapes de leur parcours.

Retardé d’un an par la pandémie, ce test mené par Aéroports de Paris, Air France et le spécialiste française de l’identité numérique par biométrie Idemia doit permettre de fluidifier et d’automatiser le parcours des voyageurs à l’aéroport. 

Arrivés à l’aéroport, les passagers volontaires peuvent enregistrer leur visage, leur pièce d'identité et leur billet d'avion sur l'une des deux bornes dédiées situées à Orly-3. Ils pourront ainsi être reconnus par les quatre caméras situées au dépose-bagages automatiques et à l’embarquement.

L’expérimentation concerne seulement les vols de la compagnie Transavia à destination du Maroc dans un premier temps, soit deux vols par semaine. Il est prévu de l'élargir dans les prochaines semaines à des vols opérés par Air Caraïbes en direction des DOM-TOM. L'objectif est de tester le système sur plusieurs milliers de passagers durant quelques mois.

Les voyageurs peuvent refuser d'enregistrer leur visage

À lire aussi
Connecté
Instagram va vous laisser choisir d'afficher les "likes" ou non

Que les réfractaires se rassurent : en l'absence de cadre réglementaire européen, la reconnaissance faciale à l'aéroport n’est pas obligatoire. Les passagers des vols concernés peuvent refuser d’enregistrer leur visage. Pour l'instant, le dispositif a reçu un bon accueil des voyageurs, selon Aéroports de Paris, même si certains se méfient et refusent de confier leurs données personnelles.

Aéroports de Paris se veut rassurant sur ce point : les données des passagers qui se prêtent au jeu sont stockées temporairement et supprimées après le décollage, conformément aux recommandations de la Cnil. Les informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales et les bornes ne peuvent pas scanner les visages des passants aux alentours.

Une autre expérimentation à Lyon

L’initiative vise à mesurer l’efficacité de la reconnaissance faciale en conditions réelles et à obtenir des retours d’expérience des voyageurs pour mesurer l’acceptabilité d’une technologie qui gagne du terrain dans les aéroports du monde entier, y compris en France. 

Une expérimentation du même genre est menée à l’aéroport de Lyon depuis cet automne par l’intermédiaire de Vinci Airports. Une application mobile permet aux passagers de préparer leur arrivée à l’aéroport en scannant leur visage et leurs documents de vol afin de passer les points de contrôle plus facilement une fois sur place.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Aéroport Aéroports de Paris Intelligence artificielle
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants