3 min de lecture Connecté

Apple passe la seconde dans la course à la voiture autonome

La marque à la pomme vient de recevoir un permis l'autorisant à tester ses technologies sur les routes californiennes.

Apple propose déjà un logiciel CarPlay pour certains véhicules
Apple propose déjà un logiciel CarPlay pour certains véhicules Crédit : Apple
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Apple se lance officiellement dans la bataille pour la voiture autonome. Le géant de l’informatique a reçu vendredi 14 avril l’autorisation de tester des véhicules sans conducteur en Californie. Le département des véhicules motorisés de l’État a ajouté la marque à la pomme à sa liste de 29 noms mêlant des constructeurs automobiles, des grands noms de la technologie et de jeunes sociétés. Apple s’insère dans une voie déjà embouteillée. Google, Ford, Mercedes-Benz, Volkswagen, Tesla, General Motors, Daimler, Uber… Tous veulent être les premiers à lancer en série un véhicule capable de rouler sans conducteur. Les plus optimistes estiment qu’ils seront en mesure de le faire d’ici 2020.

Après deux années de spéculation, Apple avait pour la première fois affiché publiquement son intérêt pour le secteur fin 2016. La firme de Cupertino avait adressé en décembre une lettre à l’agence fédérale de la sécurité routière américaine pour expliquer les grandes lignes de son projet et confirmer qu’elle voulait aller plus loin que CarPlay, l’adaptation automobile de son système d’exploitation pour smartphone. Apple se disait alors particulièrement "enthousiasmé par le potentiel des systèmes automatisés dans de nombreux domaines, y compris les transports".

Apple à la conquête de l'habitacle

La portée réelle des ambitions d’Apple pour le véhicule autonome est encore un mystère. Tim Cook n’a jamais confirmé publiquement l’existence du projet Titan, une équipe de 2.000 personnes chargée de piloter l’arrivée d’Apple dans l’automobile. Selon le New York Times, début septembre, le groupe avait réduit ses effectifs et changé de cap, abandonnant la conception d’un voiture Apple pour se concentrer sur le développement de technologies permettant aux véhicules de conduire de façon autonome. C’est cette piste, également empruntée par Google à travers sa filiale Waymo, que poursuivrait désormais le groupe.

Google et Apple n’ont pas vocation à devenir des constructeurs automobiles. Les multinationales technologiques voient dans la voiture autonome un nouveau débouché pour leur écosystème de services et d’applications. L’objectif est de se rendre incontournable dans l’habitacle pour conquérir de nouveaux utilisateurs et exploiter les données de circulation et les informations relatives aux trajets. Comme Apple, Google propose déjà Android Auto, une version automobile de son logiciel Android avec un système de guidage et des applications de divertissement. La prochaine étape est la gestion des commandes de conduite.

Trois Lexus Apple autorisées à circuler aux États-Unis

À lire aussi
L'iPhone 12 est disponible depuis le 23 octobre 2020 Connecté
Test de l'iPhone 12 : faut-il se laisser tenter par le premier iPhone 5G d'Apple ?

Fort de son savoir-faire en intelligence artificielle, Google a mis au point des algorithmes capables de réagir à une grande quantité de paramètres. Bardés de capteurs, ses véhicules peuvent se déplacer sans chauffeur en respectant le code de la route et en anticipant les obstacles se dressant sur leur chemin. Ils ont déjà avalé plus de 3 millions de kilomètres aux États-Unis. Le permis accordé par les autorités autorise Apple à faire circuler trois Lexus RX450h, des SUV hybrides également utilisées par Google pour ses essais. Six chauffeurs pourront prendre le volant des véhicules sur les routes californiennes. 

La course à la voiture sans chauffeur met aux prises une multitude d’acteurs. Les constructeurs automobiles traditionnels ont dû composer avec les desseins des nouveaux venus du numérique en investissant massivement dans la recherche et le développement, en rachetant des startup spécialisées ou en nouant des partenariats sur des projets communs comme Audi, BMW et Mercedes avec le spécialiste de la cartographie Here ou le consortium formé par Ford, Toyota, PSA et une demi-douzaine d’acteurs logiciels afin de proposer au public une alternative à Google et Apple.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Voiture autonome Apple
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants