1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Yannick Jadot dénonce "les crétins" qui s'en prennent aux boucheries
1 min de lecture

Yannick Jadot dénonce "les crétins" qui s'en prennent aux boucheries

Le député européen a qualifié de "crétins" les végans qui s'en prennent aux boucheries, vendredi 12 octobre. Selon lui, "ils remettent en cause le combat ô combien légitime contre la souffrance animale".

Yannick Jadot, le 19 avril 2017
Yannick Jadot, le 19 avril 2017
Crédit : VINCENT LOISON/SIPA
Marie Sasin

"Des crétins". C'est le terme employé par Yannick Jadot ce vendredi 12 octobre pour qualifier les végans qui s'attaquent aux boucheries. Il condamne "sans ambiguïté" ces violences. "Pour moi ce sont aujourd’hui essentiellement des crétins qui sont en train de remettre en cause le combat, ô combien légitime et important, contre la souffrance animale."

"J'étais encore il y a quelques jours avec les associations qui se battent contre l'élevage concentrationnaire, contre les poules en cage, contre les lapins en cage, contre cet élevage qui à la fois nie la vie, la sensibilité des animaux", a-t-il déclaré sur au micro de franceinfo.

"Ce sont des élevages dans lesquels la torture est quasi quotidienne alors que l'on a 12.500 morts en France liés aux résistances aux antibiotiques. C'est largement lié à ces élevages où les animaux sont blindés, shootés aux antibiotiques (...) et que nos paysans vivent mal. Je veux une agriculture qui respecte les paysans, qui respecte les animaux, notre environnement et notre alimentation", a-t-il conclut.

Une cinquantaine d'actions sur l'ensemble du territoire

Au début du mois de juillet, la Confédération française de la boucherie-charcuterie et traiteurs (CFBCT) avait chiffré à "au moins à une cinquantaine, soit par des tags soit par des bris de glace" le nombre d'actes ayant visé des boucheries sur l'ensemble du territoire.

À lire aussi

La CFBCT avait toutefois appelé à ne pas faire d'amalgame : "Toutes les organisations ne sont pas violentes", avait déclaré son président, évoquant "des groupuscules, dans des départements, dans des régions, qui sont violents". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/