2 min de lecture Police

Violences policières : pourquoi la proposition de loi d’Éric Ciotti fait polémique

VU DANS LA PRESSE - Le député aimerait empêcher la diffusion d’images de policiers, alors même que les violences policières sont au cœur de l'actualité.

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et vice-président de la mission d'information parlementaire Covid-19
Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et vice-président de la mission d'information parlementaire Covid-19 Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
photo camille
Camille Sarazin Journaliste

Que ce soit en France ou aux États-Unis, les vidéos de violences policières ont permis de les médiatiser. Pour Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance-Police nationale, la diffusion de ces vidéos "ne vise qu’à stigmatiser, déstabiliser et provoquer les fonctionnaires de la police sur le terrain", rapporte Le Monde. 

C'est dans ce sens que le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a déposé une proposition de loi à l'Assemblée nationale visant à interdire "la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires, de policiers municipaux ou d’agents des douanes". 

Les sanctions pourraient aller jusqu'à un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende. Le texte permettraient aux forces de l'ordre d'être "non identifiables dans l’espace médiatique, y compris sur les réseaux sociaux". 

Quelles sont les critiques ?

La proposition de loi suscite déjà la polémique. "Ce texte constitue une grande menace pour la liberté d’informer", alerte Arié Alimi, avocat au barreau de Paris et membre de la Ligue des droits de l’homme.

À lire aussi
Le siège de la DGSE, à Paris (illustration) justice
Deux ex-agents secrets français soupçonnés de trahison en faveur de la Chine

"S’il y a besoin de vidéos, c’est parce qu’il faut apporter des preuves à la justice, pour pallier des défaillances institutionnelles : très souvent dans ces dossiers, les familles ont du mal à accéder aux caméras de vidéosurveillance par exemple", explique encore Amal Bentounsi, membre de l’Observatoire national des pratiques et des violences policières (ONPVP). Ce collectif a justement lancé en mars 2020 une application qui permet de filmer les forces de l’ordre et d'enregistrer en même temps les images sur un serveur.

Après les manifestations des "gilets jaunes" et les prises de parole de proches de victime, comme Assa Traoré, les violences policières ont été de plus en plus médiatisées. La confiance dans l'institution policière s'est peu à peu effritée. "Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic", résumait Camélia Jordana, dans l'émission On n'est pas couché, samedi 23 mai. Pour l’avocat Vincent Brengarth, si cette proposition de loi était adoptée, elle ne ferait qu'"étendre la logique de suspicion tout en fabriquant de l’impunité".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Loi Parlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants