4 min de lecture Présidentielle 2017

VIDÉOS - François Fillon : 6 points à retenir de "L'Émission Politique"

ÉCLAIRAGE - Le candidat a répété à plusieurs reprises être "honnête", lors de "L'Émission Politique" sur France 2.

François Fillon dans "L'Émission Politique" le 23 mars 2017
François Fillon dans "L'Émission Politique" le 23 mars 2017 Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

François Fillon se soumet une seconde fois à l'exercice de L'Émission Politique, ce jeudi 23 mars. L'émission a principalement tourné autour des affaires judiciaires qui entourent l'ancien premier ministre mis en examen. Il a martelé être "un homme honnête" mais a reconnu avoir pu commettre "des erreurs", notamment dans l'affaire des deux costumes qui lui ont été offerts.

Sur le plateau, le candidat était entouré de ses fidèles, comme François Baroin, Valérie Boyer et Éric Ciotti. Son épouse, Penelope, était aussi présente au second rang. À l'issu de son intervention, le candidat a convaincu 28% des téléspectateurs. Avant lui, Marine Le Pen avait récolté 41%, Benoît Hamon 39% et Jean-Luc Mélenchon 37%, selon des sondages menés en fin d'émission par France 2.

1. Pas de SMS envoyés lors du débat

François Fillon a-t-il été conseillé par SMS lors du débat de la présidentielle sur TF1 ? Plusieurs médias ont rapporté que le candidat de la droite et du centre disposait de son téléphone pendant l'émission et avait échangé avec son équipe de campagne. Sur le plateau de L'Émission Politique, il a démenti l'information. "Je vous assure que je ne reçois jamais de SMS pendant une émission". David Pujadas répond que "pourtant, on vous a vu écrire des messages durant le débat". Mais François Fillon a insisté sur le fait qu'il s'agissait d'une "une calomnie supplémentaire".

2. François Hollande "n'est allé jamais aussi loin dans l'illégalité"

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 novembre 2018 présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : François Hollande regrette de ne pas s'être présenté

François Fillon a dénoncé un "scandale d'État" et a accusé François Hollande d'être à l'origine des fuites sur ses affaires judiciaires. Le président de la République serait aussi à la tête d'un "cabinet noir".
"Il y a un livre qui sort ces jours-ci, dont j'ai pu lire les bonnes feuilles, qui a été écrit par des journalistes qui sont très loin d'être mes amis puisque deux d'entre eux sont des journalistes du Canard Enchaîné. C'est un livre (Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d'un quinquennat, ndlr) sur le ministère de l'Intérieur et la place Beauvau, qui, en 250 pages, explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau".

Il poursuit : "Ce qui est d'une illégalité totale, comment il est branché directement sur Bercy, sur Tracfin, sur les informations qui lui sont apportées en permanence, comment il est au courant des moindres faits, des moindres filatures, y compris concernant son ancien Premier ministre Manuel Valls". L'ancien premier ministre estime que "si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l'histoire récente de la Ve République, un chef d'État n'est jamais aussi loin dans l'illégalité, la prise de pouvoir sur des services sur lesquels il ne devrait pas avoir autorité".

3. "J'ai rendu les costumes"

Le candidat à l'élection présidentielle a reconnu avoir eu tort "d'accepter" les costumes offerts par Robert Bourgi. "J'ai fait une erreur de jugement (...) je les ai rendus", a-t-il précisé. Il affirme que "d'autres hommes politiques ont reçu des cadeaux du même ordre, et même dans la même maison de couture (...) Regardez mon patrimoine, il est légèrement moins important que celui de Jean-Luc Mélenchon. Je suis honnête, j'ai pu commettre des erreurs, je n'ai jamais pris dans ma vie politique une décision contraire à l'intérêt général".

François Fillon a aussi démenti avoir touché 50.000 dollars via sa société 2F, comme l'affirme Le Canard Enchaîné, pour mettre en relation un homme d'affaires libanais et Vladimir Poutine. "C'est "un mensonge éhonté", a-t-il assuré, expliquant avoir "effectué un travail de conseil pendant des mois" pour que l'entreprise "Future Pipe Industries" (FPI) "s'implante", sans plus de précision.  

4. François Fillon a "souvent pensé à Pierre Bérégovoy"

"Ça fait deux mois que la presse déverse sur moi des torrents de boue", a déclaré François Fillon. Le candidat a confié lors de L'Émission Politique que "l'image véhiculée pendant des jours et des jours par la presse le blesse". Il a ajoute : "Je ne me reconnais pas dedans. Elle m'a fait souvent penser à Pierre Bérégovoy. J'ai compris pourquoi on pouvait être amené à cette extrémité quand tout à coup l'image qui est donnée de vous est le contraire de ce que vous êtes".

5. Échanges très tendus avec Christine Angot

Christine Angot était l'invitée mystère de L'Émission Politique. Dans une longue prise de parole, l'écrivaine a détaillé "l'hypothèse d'un deuxième tour Les Républicains - Le Front national". "On aurait voté pour Les Républicains, sans problème et sans se sentir complice de quoi que ce soit (...) Est-ce que vous comprenez que le front républicain est mis en danger ?", attaque-t-elle.

François Fillon réplique : "De quel droit vous me condamnez ? De quel droit vous estimez que l'emploi de mon épouse était illégal et qu'il était indécent ? On est dans un pays de droit. Ce n'est pas parce qu'un journal a décidé de m'accuser que je suis coupable. Et je ne le suis pas. Vous parlez de votre bracelet, moi j'ai rendu les costumes". L'écrivaine reprend alors la parole et s'emporte en repensant aux déclarations du candidat sur Pierre Bérégovoy. "Est-ce que vous nous faîtes un chantage au suicide ? Les gens sont dans le même état que moi. Marine Le Pen attend", lui-a-t-elle demandé. 

Rapidement, le ton monte sur le plateau. "S'il vous plaît. C'est un débat. C'est une enceinte où on débat tranquillement. Que vous applaudissiez, c'est limite. Mais pas d'invective à l'égard des invités", a calmé David Pujadas.

6. "N'agitez pas la théorie du complot"

François Fillon a fait face à Aurélie Filippetti. "N'agitez pas la théorie du complot, lui a asséné l'ancienne ministre de la Culture. J'ai confiance dans la justice de mon pays et dans la liberté de la presse". François Fillon explique vouloir "aller jusqu'au bout". "Je veux que la lumière soit faite sur la manière dont cette opération a été engagée contre le candidat qui représente la possibilité d'alternance dans notre pays.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787799255
VIDÉOS - François Fillon : 6 points à retenir de "L'Émission Politique"
VIDÉOS - François Fillon : 6 points à retenir de "L'Émission Politique"
ÉCLAIRAGE - Le candidat a répété à plusieurs reprises être "honnête", lors de "L'Émission Politique" sur France 2.
https://www.rtl.fr/actu/politique/videos-francois-fillon-6-points-a-retenir-de-l-emission-politique-7787799255
2017-03-24 00:04:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9d8JnOu0iM1Ql9KEJFVKPg/330v220-2/online/image/2017/0323/7787799276_francois-fillon-dans-l-emission-politique-le-23-mars-2017.jpg