1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Présidentielle 2017 : Ravier veut appliquer la méthode Trump pour les délocalisations
2 min de lecture

VIDÉO - Présidentielle 2017 : Ravier veut appliquer la méthode Trump pour les délocalisations

FACE AUX INTERNAUTES - Le sénateur-maire Front national estime que "nous devons reprendre une coopération avec nos partenaires européens et ne plus être dilués dans un magma européiste".

Stéphane Ravier, sénateur-maire des 13e et 14 arrondissements de Marseille, dans le Social studio de RTL
Stéphane Ravier, sénateur-maire des 13e et 14 arrondissements de Marseille, dans le Social studio de RTL
Marie-Pierre Haddad

"Il faut prendre le temps de négocier avec les partenaires européens, qui sont nos geôliers monétaires". Stéphane Ravier, sénateur-maire Front national de Marseille des 13e et 14e arrondissements de Marseille explique que "Marine Le Pen prendra le temps de la négociation" sur la question de la sortie de l'euro. "Cela devrait durer six mois. Elle soumettra au peuple français le résultat de sa négociation et elle leur demandera de s'exprimer par l'organisation d'un référendum. Si le peuple français soutient Marine Le Pen, le processus sera enclenché pour la sortie et l'abandon de l'euro", ajoute-t-il. 

Selon lui, "nous devons reprendre une coopération avec nos partenaires européens et ne plus être dilués dans un magma européiste, mais retrouver cette Europe qui fut celle du Général de Gaulle, l'Europe d'Ariane et d'Airbus. Cette Europe-là, nous y sommes favorables. Mais cette Europe qui ponctionne 21 milliards d'euros, chaque année à la France pour nous en rendre 13 milliards. Il y a entre 8 et 9 milliards d'euros que l'on peut récupérer. Il y a la politique d'immigration sur laquelle nous pouvons faire de grandes économies".

Concernant le cas des salariés de l'usine Whirlpool à Amiens dans la Somme, Stéphane Ravier explique que "la mesure prise par Donald Trump est la meilleure. Il a réglé cette situation en quelques minutes, en faisant savoir qu'il instaurerait une taxe de 35% sur les produits qui seraient ré-importés. On peut faire la même chose pour ces entreprises qui ont bénéficié du CICE. Une fois qu'ils ont encaissé l'argent, ils se délocalisent pour vendre leurs produits en France. Ces produits seront taxés à hauteur de 35%, ce qui devrait être dissuasif". Le sénateur-maire Front national ajoute que "l'usine Haribo à Marseille a fait 230 millions de bénéfices et ne trouve rien de mieux que de vouloir fermer l'usine pour aller en Allemagne et revendre les produits en France. Prendre les Français pour des vaches à lait, ça suffit".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/