1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Corrida : Didier Guillaume "désolé" d'avoir "choqué"
1 min de lecture

Corrida : Didier Guillaume "désolé" d'avoir "choqué"

Une photo montrant le ministre de l'Agriculture en train d'assister à une corrida dans les arènes de Bayonne a provoqué l'indignation d'une partie de la classe politique et des défenseurs de la cause animale.

Didier Guillaume, ancien ministre de l'Agriculture, a été remplacé par Julien Denormandie
Didier Guillaume, ancien ministre de l'Agriculture, a été remplacé par Julien Denormandie
Crédit : ludovic MARIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Une présence polémique. Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, et la ministre chargée de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault ont assisté à une corrida le 14 août dernier, au milieu de 6.000 personnes dans les arènes de Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques. 

Les réactions d'une partie de la classe politique scandalisée n'ont pas manqué. "Lamentable", a considéré l'eurodéputé EELV Yannick Jadot, qui a déploré dans un message publié sur Twitter que "le ministre en charge du bien être animal assiste à une corrida". De même, le porte-parole du parti écologiste Julien Bayou a dénoncé sur BFMTV "un soutien clair et net (de la part des deux ministres) à un massacre, à un spectacle lugubre". 

En réponse, Didier Guillaume "regrette" que "cela ait pu choquer un certain nombre de citoyens qui sont contre ces pratiques". Sur Franceinfo ce lundi 19 août, le ministre de l'Agriculture explique : "Si j'ai pu choquer, je le regrette (...) Ce qui a été terrible c'est la récupération politicienne faite par d'autres. Je suis désolé si j'ai choqué".

Et de poursuivre en rappelant son action au sein du gouvernement : "Je suis le premier ministre de l'Agriculture à avoir une collaboratrice en charge du bien-être animal. Je suis le premier ministre de l'Agriculture qui a pérennisé le Conseil national de surveillance des abattoirs".

À lire aussi

Régulièrement mise en cause par les défenseurs de la cause animale, "l'organisation de corridas, dans les seules 'régions de tradition tauromachique', a été jugée conforme à la Constitution en 2012 par le Conseil constitutionnel", rappelle l'AFP. Dans le passé, plusieurs personnalités politiques françaises ont déjà exprimé leur attachement à la pratique : outre Manuel Valls ou Alain Juppé, qui en sont amateurs, l'ancien député écologiste Noël Mamère avait reconnu, dans l'un de ses ouvrages publié en 2002 qu'il aimait "la chasse et la corrida".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/