1 min de lecture Manuel Valls

Valls et Macron : "deux Premiers ministres", selon Lepaon

Accusant Emmanuel Macron de prendre trop de place, Thierry Lepaon a jugé ce samedi qu'il y avait "deux Premiers ministres" en comptant Manuel Valls.

Emmanuel Macron et Manuel Valls
Emmanuel Macron et Manuel Valls Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Thierry Lepaon, numéro un de la CGT, a déclaré ce samedi 22 novembre avoir le sentiment qu'il y avait "deux Premiers ministres", reprochant au ministre de l'Economie Emmanuel Macron d'empiéter sur les prérogatives de ses collègues.

"Il y a le vrai (Premier ministre, Manuel Valls) et puis il y a celui qui est à la manoeuvre", a déclaré Thierry Lepaon sur France Inter.

Un projet de loi activité "fourre-tout"

"Quand on voit l'ensemble des sujets qui sont traités" dans le projet de loi "activité" d'Emmanuel Macron, "ça remet en cause le ministre du Travail sur ses prérogatives, ça remet en cause le ministre de la Justice quand on parle de la réforme des élections prud'homales", a-t-il poursuivi.

Qualifié de "fourre-tout" par certains, le futur projet de loi pour l'activité comprendra des mesures sur le travail dominical, les prud'hommes, les professions réglementées, l'épargne salariale ou encore les autoroutes et les transports.

Forcément, quand on leur propose de travailler un peu plus pour gagner un peu plus, sont contraints de dire "oui".

Thierry Lepaon
Partager la citation
À lire aussi
L'ancien premier ministre, Manuel Valls La République En Marche
Manuel Valls "est impopulaire mais il a envie de servir la France", dit Olivier Bost

Sur le travail dominical, Thierry Lepaon estime qu'un assouplissement ne donnerait "pas de pouvoir d'achat aux gens". D'autre part, "les 'volontaires' pour travailler le dimanche sont en fait des gens qui ont des contrats complètement atypiques qui, forcément, quand on leur propose de travailler un peu plus pour gagner un peu plus, sont contraints de dire 'oui'", a-t-il dénoncé.

Le débat des 35 heures

Autre pomme de discorde : les 35 heures. Le ministre a dit vouloir les "défendre sans pour autant les mettre sur un piédestal". "La cible d'Emmanuel Macron, et je trouve dommage qu'il ne le dise pas, (ce sont) les fonctionnaires", a affirmé Thierry Lepaon.

"Je pense que son idée, c'est de remettre en cause le cadre légal du travail et les fameuses RTT chez les fonctionnaires, et comme il n'a pas le courage de le dire comme ça, il dit 'il faut qu'on discute globalement des 35 heures'", a-t-il estimé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Thierry Lepaon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants