1 min de lecture Faits divers

Sarthe : un maire abandonne la politique après des menaces de mort

Le maire d'une commune de la Sarthe a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections, après avoir reçu plusieurs menaces de mort. Un cas extrême, symbole des relations de plus en plus tendues entre les élus et leurs administrés.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
La Revue de Presse du 27 août 2019 Crédit Image : ERIC CABANIS / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Noé Blouin

Après 36 ans de mandat, un maire de la Sarthe a décidé de ne pas se représenter pour les élections municipales de 2020. Un signe de lassitude quant à l'exercice de ses fonctions ? Non, mais des menaces de mort à son égard, qui se sont multipliées ces derniers temps. Entre les mois de mai et juin 2018, Régis Valienne a reçu trois lettres aux propos sans équivoque, lui demandant de "choisir son cercueil" ou de "compter les jours qui lui reste à vivre".

"En 5 mandats, jamais je n'avais reçu de tels courriers", a expliqué l'élu à Ouest-France "mais je peux vous dire que lorsque l'on reçoit ça, on regarde à droite, à gauche et en face en sortant de la maison, pour être sûr qu'il n'y ait pas quelqu'un derrière". 

Cette affaire est une nouvelle illustration des difficultés auxquelles font face les maires. Un sujet très présent ces dernières semaines, depuis le décès de Jean-Mathieu Michel durant l'exercice de ses fonctions.

La relation entre maire et administrés change

Dans son numéro du 27 août, Le Télégramme est parti à la rencontre des élus du Pays de Brest. Tous les maires interrogés constatent une recrudescence de l'agressivité à leur égard. Pourtant, certains relativisent, l'un d'entre eux se dit, par exemple, agacé par le "discours misérabiliste ambiant". 

À lire aussi
La ville de Colmar est située au nord de Mulhouse, en Alsace faits divers
Alsace : une femme défenestrée, son mari présenté à la justice

Pour Christian Calvez, maire de Plouvien depuis 1995, si les administrés en demandent plus en plus "c'est parce que les choses changent". "Aujourd'hui, on est un peu plus le dernier recours. [...] Il n'y a, par exemple, plus de curés pour assurer cette fonction", a-t-il ajouté au quotidien breton.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Politique Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants