3 min de lecture Union européenne

Tribune d'Emmanuel Macron : Schengen, sécurité, climat... Ce qu'il faut retenir

ÉCLAIRAGE - Le chef de l'État s'est adressé aux Européens dans une tribune qui sera publiée mardi 5 mars dans plusieurs grands journaux du continent.

Emmanuel Macron, lors de la galette à l'Élysée le 11 novembre 2018
Emmanuel Macron, lors de la galette à l'Élysée le 11 novembre 2018 Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

À moins de trois mois des élections européennes, Emmanuel Macron accélère la cadence. Dans plusieurs titres de presse français et européens, il publie une longue tribune mardi 5 mars intitulée Pour une renaissance européenne, où il s'adresse à tous les citoyens de l'Europe.

"Si je prends la liberté de m’adresser directement à vous, ce n’est pas seulement au nom de l’histoire et des valeurs qui nous rassemblent. C’est parce qu’il y a urgence", annonce le chef de l'État.

"Dans quelques semaines, les élections européennes seront décisives pour l’avenir de notre continent. Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’a été aussi nécessaire. Et pourtant, jamais l’Europe n’a été autant en danger", poursuit-il, en préambule de cette lettre divisée en trois chapitres : "défendre notre liberté, protéger notre continent et retrouver l'esprit de progrès". Emmanuel Macron en profite pour faire quelques annonces fortes. 

1. Un Conseil de sécurité européen avec le Royaume-Uni

À lire aussi
Boris Johnson, le 28 juin 2019 Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson menace de mettre fin à la libre circulation des personnes

Le président de la République français souhaite la mise en place d'un "Conseil de sécurité européen associant le Royaume-Uni", pour préparer les "décisions collectives" de l'Union européenne dans le domaine de la défense.

Pour lui, l'UE doit se doter d'un "traité de défense et de sécurité" qui définira les obligations des pays de l'Union, en lien avec l'OTAN et les alliés européens de l'UE : "augmentation des dépenses militaires, clause de défense mutuelle rendue opérationnelle, Conseil de sécurité européen associant le Royaume-Uni". 

2. Concurrence : une "préférence européenne" souhaitée

Dans sa tribune, Emmanuel Macron appelle à "réformer" la politique de concurrence en vigueur dans l'UE et souhaite instaurer "une préférence européenne". "Nos frontières doivent aussi assurer une juste concurrence", estime-t-il, appelant à "sanctionner ou interdire en Europe les entreprises qui portent atteinte à nos intérêts stratégiques et nos valeurs essentielles".

Le chef de l'État cite notamment les "normes environnementales, la protection des données et le juste paiement de l'impôt" comme critère commercial. 

3. Une remise à plat de l'espace Schengen

C'est l'une des propositions qui fera sans doute le plus parler : le président français veut "remettre à plat l'espace Schengen" afin de rétablir "la liberté en sécurité". Il préconise en outre "une police des frontières commune et un office européen de l'asile, des obligations strictes de contrôle, une solidarité européenne à laquelle chaque pays contribue, sous l'autorité d'un Conseil européen de sécurité intérieure". 

4. Les puissances étrangères interdites de financer des partis européens

Emmanuel Macron a appelé à l'interdiction du "financement des partis politiques européens par des puissances étrangères". Il propose la création d'une "agence européenne de protection des démocraties", chargée de protéger les élections dans chaque État-membre des "cyberattaques" et "manipulations".

"Nous devons bannir d'internet, par des règles européennes, tous les discours de haine et de violence", plaide le chef de l'État.

5. Mise en garde contre les dangers du "nationalisme"

Le président français a par ailleurs mis en garde contre les "pièges" du "nationalisme" mais également du "statu quo". "Le repli nationaliste ne propose rien", écrit-il dans cette tribune, estimant que "ce piège menace toute l'Europe" et mettant en garde aussi contre "l'autre piège, celui du statu quo et de la résignation".

Pour répondre aux attentes des citoyens, le chef de l'Etat promet "une Conférence pour l'Europe" chargée de "proposer tous les changements nécessaires (...) sans tabou, pas même la révision des traités". 

6. Création d'une "Banque européenne du climat"

Enfin, le chef de l'État a appelé l'Union européenne à prendre "la tête du combat écologique", proposant la création d'une "Banque européenne du climat" pour financer la transition écologique, et d'une force sanitaire européenne pour "renforcer les contrôles" des aliments.

Le président de la République, pour qui l'UE doit "diviser par deux" sa consommation de pesticides d'ici 2025, souhaite également une "évaluation scientifique indépendante des substances dangereuses pour l'environnement", alors que plusieurs agences sanitaires ont été soupçonnées de reprendre trop complaisamment les arguments de la firme Monsanto. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Élections européennes Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797116960
Tribune d'Emmanuel Macron : Schengen, sécurité, climat... Ce qu'il faut retenir
Tribune d'Emmanuel Macron : Schengen, sécurité, climat... Ce qu'il faut retenir
ÉCLAIRAGE - Le chef de l'État s'est adressé aux Européens dans une tribune qui sera publiée mardi 5 mars dans plusieurs grands journaux du continent.
https://www.rtl.fr/actu/politique/tribune-d-emmanuel-macron-schengen-securite-climat-ce-qu-il-faut-retenir-7797116960
2019-03-04 21:12:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/x_MWe1l6SnmvGsCHGgga9w/330v220-2/online/image/2019/0111/7796203964_emmanuel-macron-lors-de-la-galette-a-l-elysee-le-11-novembre-2018.jpg