1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Tel-Aviv sur Seine" : l'opération démontre "la montée du communautarisme" pour Florian Philippot
2 min de lecture

"Tel-Aviv sur Seine" : l'opération démontre "la montée du communautarisme" pour Florian Philippot

Le vice-président du Front national affirme ne pas être contre l'événement mais estime que "l'hystérie provoquée" est révélatrice d'autre chose.

Florian Philippot, vice-président du Front national (illustration)
Florian Philippot, vice-président du Front national (illustration)
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

C'est décidément un événement qui aura fait beaucoup parler avant même son déroulement. Florian Philippot, vice-président du Front national, s'est à son tour saisi de la polémique Tel-Aviv sur Seine sur France Inter mercredi matin. Il a commencé par soutenir la manifestation estimant que "ce n'est pas une opération religieuse, ce n'est pas une opération politique, c’est une opération festive ou touristique". Et d'ajouter : "Je ne peux pas être contre".

Ce que Florian Philippot a souhaité pointer du doigt, ce sont les décisions de la maire de Paris. "Mme Hidalgo a contribué par sa politique à exciter le communautarisme à Paris, aujourd’hui elle le prend en boomerang". Pour le vice-président du Front national "que cette affaire provoque autant d’hystérie, démontre la montée du communautarisme en France. (...) Qu’on transforme un événement qui est simplement festif, anodin, touristique, culturel, en événement politique, géopolitique, idéologique, démontre qu’on a un gros problème communautaire en France, (...) qu’on a excité le communautarisme, qu’on a affaibli l’unité nationale".

Il a conclu en estimant "qu'on peut à la fois critiquer la politique de l’Etat d’Israël (...) et en même temps accepter cette opération". "Ça n’a juste rien à voir".

Afflux de critiques et sécurité renforcée

À lire aussi

Un avis qui n'est pas partagé par tous depuis l'annonce de l'événement. La conseillère de Paris Danielle Simonnet, du Parti de gauche avait dénoncé dès samedi 8 août dans un communiqué "le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages. Une année après des massacres perpétrés dans la bande de Gaza par l’État et l’armée israélienne la Ville de Paris ose organiser 'dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde' une journée mettant à l’honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages."
Des associations palestiniennes étaient elles aussi montées au créneau et les réseaux sociaux s'étaient enflammés avec plus de 11.000 messages avec le mot clé #TelAvivSurSeine le samedi 8 août.
Face à la polémique, Anne Hidalgo s'est sentie obligée de se défendre dans une tribune au journal Le Monde, invitant les Parisiens à venir nombreux.

Une situation qui aurait conduit selon le Figaro, au renforcement du dispositif de sécurité pour le 13 août avec le déploiement de 300 policiers et gendarmes supplémentaires.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/