1 min de lecture Économie

Taxe pétrolière : "La facilité, c'est la fiscalité sur les carburants" estime François de Rugy

REPLAY / INVITÉ - Le député écologiste réclame des mesures à plus long terme pour financer les infrastructures de transport ferroviaire.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Taxe pétrolière : "La facilité, c'est la fiscalité sur les carburants" estime François de Rugy Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Christelle Rebière

Alain Vidalies, secrétaire d'État chargé des Transports, souhaite la mise en place d'une taxe pétrolière pour financer les infrastructures de transports. Cet impôt, prélevé à la pompe, toucherait les automobilistes et les poids lourds. Invité de RTL Midi, François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique et candidat à la primaire de la gauche, apporte son éclairage sur le sujet.

"Il faut faire un petit retour en arrière, sans remonter très loin. La taxe poids lourds, que certains appelaient écotaxe, servait à financer les infrastructures de transports. Quand elle a été supprimée, les besoins de financement de l'Agence française des infrastructures de transports étaient toujours là. Si on veut entretenir le réseau ferroviaire, sans même parler de créer de nouvelles infrastructures, il faut des financements. La facilité, c'est la fiscalité sur les carburants, qui touche les particuliers mais aussi les poids lourds."

Lutter contre l'effet de serre

Alain Vidalies a précisé que cette taxe pourrait être inscrite au projet de loi de finances 2017. L'objectif est de financer les infrastructures de transport non routier, comme le canal Seine Nord et le TGV Bordeaux-Toulouse-Espagne. François de Rugy regrette la méthode et le timing. "Je le dis, en tant que député écologiste, je pense qu'il n'est pas raisonnable de prendre des mesures de ce type en fin de mandat. Il y a un besoin de financement dans la durée pour les transports", a insisté le député écologiste, qui réclame "une remise à plat de l'économie du transport ferroviaire en France."

"Je vous rappelle que le TGV est 100% autofinancé. Je pense que les utilisateurs des trains ont constaté que les prix avaient beaucoup augmenté ces dernières années, plus que l'inflation", a ajouté François de Rugy. "Je pense que les Français ont bien compris. Tout le monde dit qu'il faut lutter contre l'effet de serre, il faut développer le train. Donc on taxe ce qui amène de l'effet de serre, c'est-à-dire les camions, les cars, les voitures. Et on finance ainsi les transports ferroviaires."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Économie française Trains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants