1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Superprofits, rationnement, fonds vert : comment Elisabeth Borne impose sa marque
3 min de lecture

Superprofits, rationnement, fonds vert : comment Elisabeth Borne impose sa marque

La première ministre a durci son discours sur l'écologie et a mis en garde à plusieurs reprises les entreprises sur le risque de pénurie des énergies.

Elisabeth Borne, le 30 août 2022
Elisabeth Borne, le 30 août 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad

Crise des prix de l'énergie, pénurie dans l'Éducation nationale, superprofits... Pour cette rentrée à la tête du gouvernement, Elisabeth Borne s'est positionnée en première ligne. La première ministre a rempli son agenda médiatique et a fixé les priorités de l'exécutif. 

À travers ses différentes interventions, la cheffe du gouvernement a aussi fendu l'armure. Invitée de l'émission Quotidien sur TMC, Elisabeth Borne s'est décrite comme "très attentive aux personnes". "Ça me touche beaucoup quand je vois des personnes qui peuvent vivre des choses difficiles. Quand on s'engage en politique, ce n'est pas les Bisounours. Parfois, il faut aussi savoir se défendre", a-t-elle expliqué. 

Après une fin d'année marquée par une campagne des élections législatives agitées et le début de la nouvelle mandature à l'Assemblée électrique, la première ministre veut faire entendre sa voix et imposer sa marque de fabrique.

Un discours plus tranché

Les enjeux écologiques étant omniprésents depuis ces dernières semaines dans l'actualité, Elisabeth Borne a verdi ses prises de parole. Ancienne ministre de la Transition écologique et solidaire sous le précédent quinquennat, la première ministre a annoncé la création d'un fonds vert" de 1,5 milliard d'euros pour les collectivités.

À lire aussi

Début juin, elle défendait sa vision face au changement climatique en expliquant ne pas vouloir opposer l'écologie à l'économie. Un mois plus tard, lors de son discours de politique générale, elle a promis des "réponses radicales à l'urgence écologique". Fin août, elle affirmait : "Le dérèglement climatique n’est plus un risque, mais une réalité, il est là. Chacun d’entre nous l’a vécu cet été. Il faut donc agir vite pour s’adapter".

Elisabeth Borne a ensuite lié la crise énergétique, accentuée par la guerre en Ukraine à la situation économique. La veille de son discours devant le Medef, elle explique sans détour que taxer les superprofits des grandes entreprises est une piste sur la table. 

Un face à face avec le Medef

Elle effectue un pas supplémentaire en évoquant devant les patrons le risque de "rationnement" si des efforts ne sont pas opérés. Des propos qu'elle maintient et appui quelques jours plus tard dans Quotidien. "Les coupures ne concernent pas les ménages (...) On ne va pas couper le gaz chez les ménages français, mais c'est sur nos entreprises, les gros consommateurs, qu'il pourrait y avoir des coupures", a-t-elle affirmé. Elle a cependant précisé pour les Français qu'une hausse des prix de l'énergie était à prévoir pour le début de l'année 2023.

La position de Bruno Le Maire a, elle, contrebalancé avec les propos de la première ministre. Une stratégie de "good cop-bad cop" ? Le ministre de l'Économie a ironisé en indiquant ne pas savoir ce qu'est un superprofit. "Ces deux messages sont finalement l'expression de deux lignes politiques différentes au sein du gouvernement. Bruno Le Maire refuse ainsi d'utiliser le terme de 'superprofit' afin de ne pas reprendre le mot utilisé par La France Insoumise, car 'en politique, reprendre les mots de l'adversaire est une faute', assure l'un de ses proches", explique Olivier Bost, chef du service politique de RTL. 

Même si Elisabeth Borne reprend le terme de "superprofits", cela ne l'empêche pas de continuer à durcir son discours à l'évocation de la France insoumise. "LFI, sur un certain nombre de sujets (...) il y a des choses qu'on ne partage pas, par exemple des ambiguïtés sur la laïcité, des ambiguïtés sur l'antisémitisme", a-t-elle déclaré.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.