1 min de lecture Justice

Soupçon d’emploi fictif : Louis Aliot entendu à la PJ de Montpellier

Le député est soupçonné d’avoir fait bénéficier d’un emploi fictif à son ancien attaché parlementaire. 22.800 euros sont suspectés d’être frauduleux.

Louis Aliot, le 17 octobre 2015
Louis Aliot, le 17 octobre 2015 Crédit : AFP
Petit Biscuit

Le député Rassemblement national des Pyrénées-Orientales, Louis Aliot, a été entendu ce vendredi 21 juin par les enquêteurs de la police judiciaire de Montpellier à la suite d’une convocation, d’après les information du quotidien régional Midi Libre, confirmées par RTL.fr. 

Les enquêteurs soupçonnent que le candidat déclaré à la mairie de Perpignan a fait bénéficier d’un emploi fictif son ancien attaché parlementaire, Mohamed Bellebou, qui a été placé en garde à vue.

Les soupçons d’emploi fictif portent sur la période entre 2014 et 2016, alors que Louis Aliot était député européen. 22.800 euros de salaires sont suspectés d’être frauduleux. À cette période, Mohamed Bellebou était également employé d’un imprimeur, réputé proche du Rassemblement national et basé à Limoges.

“Comment allier l’emploi chez un imprimeur et en même temps exercer un certain nombre de missions au profit de M. Aliot", s’interroge Jean-Jacques Fagni, le procureur de la République de Perpignan, contacté par nos confrères de Midi Libre

Je ne suis pas inquiet

Louis Aliot (RN)
Partager la citation
À lire aussi
Bébé (illustration) justice
Mort du bébé d'un couple salafiste : le père condamné à 18 ans de prison, la mère à 5 ans

La garde à vue de Mohamed Bellou devrait être levée en fin de journée, après interrogatoire par les policiers. Le fils de harki de 64 ans a déjà été condamné à deux ans de prison dont quatre mois ferme en 2010 par la cour d’appel de Toulouse pour avoir menacé avec un engin explosif factice le sénateur PS de l’Ariège Jean-Pierre Bel.

“Je ne suis pas inquiet, dans cette affaire tout est clair et dans le cadre de la loi”, avait déclaré Louis Aliot lors d’une perquisition dans les locaux du Rassemblement national à Perpignan, il y a trois mois.

Ces soupçons s’ajoutent au dossier sur d’éventuels emplois fictif au sein du Front national (devenu Rassemblement national) dans lequel Louis Aliot est mis en examen pour “détournement de fonds publics”.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Rassemblement national Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants