2 min de lecture SNCF

SNCF : Édouard Philippe "a installé le décor pour une confrontation", affirme Olivier Bost

ÉDITO - Pour Olivier Bost, le Premier ministre "a installé le décor parfait pour une vraie confrontation" dans le cadre de la réforme de la SNCF, bien qu'il affirme ne pas chercher l'affrontement.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
SNCF : Édouard Philippe "a installé le décor pour une confrontation", affirme Olivier Bost Crédit Image : Eric FEFERBERG / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost
et La rédaction numérique de RTL

La réforme de la SNCF est sur les rails et pour Olivier Bost, le gouvernement a choisi d’aller volontairement à l’affrontement avec les cheminots.

Pour décoder un homme politique, il faut souvent réécouter les phrases où il explique ce qu’il ne fera pas. Les négations sont bien plus révélatrices que les affirmations. Lundi 26 février, j’ai bien écouté Édouard Philippe. Il a dit qu’il ne cherchait l’affrontement avec personne qu’il ne veut pas le conflit. C’est rigolo, parce que juste avant, il a installé le décor parfait pour une vraie confrontation.

Le Premier ministre a d’abord décrit une situation apocalyptique à la SNCF. Des trains moribonds, un service déplorable, une dette abyssale... Tous les arguments pour annoncer juste après un remède de cheval. 

À lire aussi
Un train en gare (illustration) insolite
Paris : un conducteur de RER prend le micro pour faire sourire ses passagers

Et comme pour faire hurler les syndicats et l’opposition à gauche, Édouard Philippe a inventé les ordonnances mouvantes. C’est un nouveau concept que je vous résume : si les syndicats et la France insoumise sont d’accord avec le gouvernement, le résultat sera dans la loi, s’ils ne font que s’opposer, ça passera par des ordonnances. Donc sans débat.

Le gouvernement se dit que l'opinion est prête

Le gouvernement fait ça pour deux raisons. La première, c’est que de l’Elysée à Matignon jusqu’au ministère des Transports, on est persuadé, après avoir étudié plein de sondages, que l’opinion est prête pour cette réforme.

"Inutile de s’en prendre aux cheminots" nous a soufflé un membre du gouvernement : "ils sont déjà déconsidérés par les français". Ils ne rallieront donc pas l’opinion à leur cause comme en 1995. Ces années là, la SNCF a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, résume un ministre. Mais aujourd’hui, "le vase est vide", selon lui.

Édouard Philippe a résumé cette assurance du gouvernement d’une phrase : il faut "oser la réforme que les français savent nécessaire". C’est surement vrai, mais il ne faut jamais oublier une chose : un sondage est une photo de l’instant. Aucun sondage n’a jamais prédit de crise, d’embrasement, ou de retournement de l’opinion.

La contestation ne sait plus contre quoi se battre

Tout ça donne le tournis à toute opposition, la contestation ne sait plus contre quoi se battre tellement il y en a de tous les côtés. Emmanuel Macron s’attend, explique l’un de ses fidèles, tout au plus à deux semaines, peut-être trois semaines de grève. Mais apparemment, ce n’est pas grave. Au contraire même, ce qui motive le chef de l’État, c’est l’idée de ne jamais s’arrêter de réformer.

Il a été élu pour ça, et uniquement pour ça, rappellent sans cesse ses soutiens de la première heure. Un peu d’adversité, un peu de résistance, ça participe aussi à la construction de cette image de Président  réformateur, courageux, qui avance en faisant tomber les résistances. Et tout le monde est prévenu : pour nourrir cette ambition, pour construire cette image présidentielle, il risque d’y avoir un peu d’attente sur les quais de gare.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Emmanuel Macron Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792431340
SNCF : Édouard Philippe "a installé le décor pour une confrontation", affirme Olivier Bost
SNCF : Édouard Philippe "a installé le décor pour une confrontation", affirme Olivier Bost
ÉDITO - Pour Olivier Bost, le Premier ministre "a installé le décor parfait pour une vraie confrontation" dans le cadre de la réforme de la SNCF, bien qu'il affirme ne pas chercher l'affrontement.
https://www.rtl.fr/actu/politique/sncf-edouard-philippe-a-installe-le-decor-pour-une-confrontation-affirme-olivier-bost-7792431340
2018-02-27 07:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/RGpL0Qn8DmoNrJwv-V5O7w/330v220-2/online/image/2018/0227/7792431432_edouard-philippe-lors-d-une-conference-de-presse-sur-la-reforme-de-la-sncf-lundi-26-fevrier-2018.jpg