1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emmanuel Macron est convaincu de la défaite socialiste en 2017, selon Patrick Mennucci
1 min de lecture

Emmanuel Macron est convaincu de la défaite socialiste en 2017, selon Patrick Mennucci

REPLAY - INVITÉ - Le député socialiste revient sur la très probable démission du ministre de l'Économie et sa possible candidature à la présidentielle 2017.

Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Crédit : Elodie Grégoire
Emmanuel Macron est convaincu de la défaite socialiste en 2017, selon Patrick Mennucci
03:54
"Si le président de la République s'imposait de lui-même, il n'y aurait pas de phénomène Macron", d'après Patrick Mennucci
04:00
Vincent Parizot & Christelle Rebière

Ce mardi 30 août, à 15h, Emmanuel Macron rencontrera François Hollande, très certainement pour lui annoncer sa démission du gouvernement. L'ancien inspecteur des finances et banquier souhaiterait se consacrer à son mouvement En marche, lancé le 6 avril dernier, mais surtout, se focaliser sur une possible candidature à la présidentielle 2017.

Pour Patrick Mennucci, cette situation "est la conséquence d'une difficulté de notre famille politique à avoir une orientation politique commune, à déterminer facilement un candidat. Si le président de la République s'imposait de lui-même, il n'y aurait pas de phénomène Macron."

Peu au fait, comme une majorité des observateurs de la politique nationale, des intentions à court terme d'Emmanuel Macron, Patrick Mennucci pense que le ministre "se donne quelques mois jusqu'à la décision de François Hollande pour voir s'il est en capacité de s'imposer". "Je crois qu'il a acquis la conviction que nous sommes battus aux élections présidentielles et qu'il tente une opération qui doit maintenant se traduire par l'explication de sa position politique", poursuit le député.

Éviter une opposition Sarkozy-Le Pen

Désormais, Patrick Mennucci estime qu'il faut "savoir ce que pense Emmanuel Macron sur beaucoup d'autres sujets" que l'économie. "C'est là que nous allons voir s'il peut représenter la gauche", affirme-t-il même. Pour le conseiller municipal, pour qui l'inexpérience politique de l'ancien banquier importe peu, "ce qui compte ce sont les résultats". Surtout, il estime qu'il faut "que les choses bougent pour que ne nous ne tombions pas dans une élection qui opposerait Nicolas Sarkozy à Marine Le Pen".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/