1 min de lecture Environnement

Ségolène Royal va être nommée ambassadrice pour les pôles Arctique et Antarctique

Ce poste avait été créé en 2009 par Nicolas Sarkozy et confié à Michel Rocard, jusqu'à sa mort en juillet 2016.

Ségolène Royal
Ségolène Royal
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Mois d'un mois après avoir dû laisser les rênes du ministère de l'Écologie à Nicolas Hulot, Ségolène Royal a annoncé mercredi 5 juillet qu'elle allait être nommée ambassadrice de France chargée des négociations internationales pour les pôles Arctique et Antarctique. "C'est ce qu'on m'a proposé et c'est ce que j'ai accepté", a expliqué celle qui a fait du combat écologique, l'une de ses priorités. 

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian "me l'a confirmé". "C'est une très belle mission", a déclaré Ségolène Royal lors de l'émission Questions d'info LCP-franceinfo-Le Monde-AFP. La nomination interviendra, "je pense, au Conseil des ministres de la semaine prochaine", a précisé l'ancienne ministre, présidente de la COP21.

Ce poste d'ambassadeur de France chargé des négociations internationales pour les pôles Arctique et Antarctique avait été créé par Nicolas Sarkozy en 2009 et confié à l'ancien premier ministre socialiste Michel Rocarddécédé en juillet 2016.

Réchauffement climatique et fonte des glaces

 "L'impact du réchauffement climatique se voit massivement aux pôles. La banquise a reculé de plusieurs kilomètres en quelques dizaines d'années. Ces masses d'eau douce qui ont été conservées pendant des centaines de milliers d'années tout d'un coup fondent, se répandent à l'échelle planétaire et ensuite suscitent la montée du niveau de la mer mais aussi des perturbations sur la biodiversité absolument considérables", a expliqué Ségolène Royal.

À lire aussi
TILT 795x530 RTL Originals
Voyager sans prendre l'avion : pourquoi c'est plus responsable et plus épanouissant

Autre grand sujet, "la fonte des glaces (qui) va permettre malheureusement d'accéder à des ressources souterraines, y compris des énergies fossiles, qui n'étaient pas atteignables, qui n'étaient pas exploitables jusqu'à présent. Cela suscite convoitises des Etats riverains", a évoqué l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007.

Ségolène Royal, qui après la COP21 avait œuvré à pousser les ratifications de l'accord de Paris, a monté une association, "Manifeste pour une justice climatique". Elle avait déposé sa candidature à la direction du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), qui est revenue à l'Allemand Achim Steiner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Ségolène royal Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants