1 min de lecture Gouvernement

Ségolène Royal aurait dû "tenir son droit de réserve", estime Gérald Darmanin sur RTL

INVITÉ RTL - L'ex-ministre Ségolène Royal a annoncé que l'exécutif menaçait de "mettre fin" à ses fonctions d'ambassadrice des Pôles en raison de ses critiques récurrentes du gouvernement.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Gérald Darmanin, invité de RTL du 15 janvier 2020 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad

La rupture. Ségolène Royal s'estime licenciée de ses fonctions d'ambassadrice des pôles, l'exécutif la sommant de taire ses critiques et envisageant de "mettre fin" à son rôle. 

Invité à l'antenne de RTL, Gérald Darmanin revient sur cette affaire : "Je constate comme tout le monde que le Quai d'Orsay lui a écrit et que manifestement elle a répondu. Je pense que quand on est nommé par le président de la République à des postes aussi importants, un devoir de réserve s'impose. Quand on veut faire de la politique, on doit faire de la politique, indépendamment des nominations". 

Le ministre de l'Action et des Comptes publics ajoute "respecter le parcours de Ségolène Royal qui devrait tenir son devoir de réserve". "J'ai la jeunesse qui empêche de juger quelqu'un qui a une grande carrière politique. Peut-être devrait-elle refaire de la politique et ne pas attendre une nomination du président de la République. Je respecte mes aînés".

Ségolène Royal n'a pas l'intention de démissionner

"Il est envisagé de mettre fin à vos fonctions au regard de vos récentes prises de paroles publiques, qui mettent en cause la politique du gouvernement à la mise en oeuvre de laquelle, en votre qualité d'ambassadrice (...) vous êtes étroitement associée", ont écrit le 7 janvier les deux secrétaires généraux du Quai d'Orsay, François Delattre et Emilie Piette. 

À lire aussi
Des masques FFP2 dans une usine (illustration) épidémie
Coronavirus et confinement : faut-il porter un masque ?

Sans tenir compte des précautions sémantiques du Quai d'Orsay qui emploi le verbe "envisager" et le conditionnel, l'intéressée affirme : "Je comprends par cette lettre que le président de la République va mettre fin à mes fonctions à un prochain Conseil des ministres puisque je n'ai pas l'intention de renoncer à ma liberté d'opinion et d'expression garanties par la Constitution. J'en prends acte". 

Selon les informations du Canard Enchaîné, Emmanuel Macron aurait approuvé cette sanction,"à condition que l'intéressée ne soit pas 'humiliée'".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Ségolène royal Gérald Darmanin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants