1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Sécurité : Emmanuel Macron n'exclut pas la présence de policiers dans les écoles
1 min de lecture

Sécurité : Emmanuel Macron n'exclut pas la présence de policiers dans les écoles

La vidéo d'une enseignante braquée par un élève à Créteil avait provoqué une vague d'indignation. Pour le chef de l'État, il est nécessaire de réintroduire l'autorité dans les écoles.

Emmanuel Macron à l'Élysée, le 16 octobre 2018
Emmanuel Macron à l'Élysée, le 16 octobre 2018
Crédit : Philippe LOPEZ / AFP

En "itinérance mémorielle" dans le Grand Est, Emmanuel Macron a réagi sur la violence dans les écoles, à la suite de l'agression d'une enseignante avec une arme factice à Créteil. Le chef de l'État s'est dit prêt à ce que les forces de l'ordre soient présentes dans les établissements scolaires, ce mardi 6 novembre sur Europe 1.

Après la diffusion d'une vidéo montrant le braquage de cette professeure le 20 octobre, le président avait évoqué des faits "inacceptables" et avait demandé au gouvernement de "prendre toutes les mesures pour que ces faits soient punis et définitivement proscrits de nos écoles".

Emmanuel Macron souhaite ainsi "ouvrir la possibilité" de la présence de policiers au sein de certains établissements, "à la demande de la communauté pédagogique". Pour lui, il est primordial de réinstaurer "l'autorité dans l'école", notamment celle du chef d'établissement et des professeurs.

"La reconquête par le service public"

Le chef de l'État a également évoqué la situation des quartiers concernés par ces violences : Il faut leur "redonner des moyens", car "ce sont des quartiers où la République est partie", admet-il. Il plaide pour une "reconquête par le service public" : réinstaller des commissariats, des bureaux de poste, des centres de trésorerie, entre autres. Emmanuel Macron a assuré que des annonces à ce sujet seraient faites dans les prochains jours. 

À lire aussi

Le plan d'action contre les violences à l'école doit être présenté d'ici le 15 décembre, les mesures impliquant différents ministères (Éducation, Justice, Intérieur) et les collectivités locales et nécessitant plusieurs semaines de concertations. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/