2 min de lecture Sécurité

Sécurité : de quoi les chefs d'établissements ont besoin ?

INVITÉ RTL - Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN, le syndicat national des chefs d'établissement, se dit "dubitatif" après l'annonce de Christophe Castaner qui a dit ne pas "exclure la présence de force de l'ordre" dans les établissements scolaire.

Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Philippe Vincent - L'invité de RTL MIdi du 26/10/2018 Crédit Image : FRANK PERRY / AFP | Crédit Média : Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
Christelle Rebière
Christelle Rebière et Marie Sasin

Le gouvernement dévoilera la semaine prochaine un ensemble de mesure pour veiller à la sécurité des enseignants et des élèves. Le ministre de l'Intérieur a déjà annoncé ce vendredi 26 octobre, qu'il "n'excluait pas la présence physique des forces de l'ordre" dans les établissements.

La loi interdit pour l’instant la présence de policiers armés au sein des établissements. "Ce serait un changement de dogme car pour l'instant on était plutôt sur des modalités de type intervention à la demande. On peut être assez dubitatif sur l’efficacité potentielle d'une telle mesure au regard des besoins qu'ont les établissements d'une manière générale", explique Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN, le syndicat national des chefs d'établissement.

Selon une enquête menée par le SNPDEN il y a an, dans les trois quarts des établissements aucun personnel n'a été formé à ces questions de sécurité. "La question est de savoir de quel type de sécurité on parle. Est-ce qu'on est dans des types de sécurisation aux abords des établissements ou aux entrées (...) ou est-ce qu'on est dans la capacité à réagir à un incident qui se produirait à proximité de l'établissement, devant ses portes ou dans ses locaux et qui demanderait une capacité d'action immédiate ?", interroge le secrétaire général.

À lire aussi
Contrôle de police, le 17 mars 2014, à Paris. (archives) police
17 novembre : des policiers appellent à une journée sans PV en soutien aux "gilets jaunes"

Favorable à une force de réaction rapide

"Un certain nombre de collègues réagissent, parce qu'ils sont peut-être sous tension, de manière quasi immédiate, ont un référent police ou gendarmerie et puis peut-être certains moins habitués, moins formés, moins réactifs ne sont pas en capacité immédiate d'avoir la réaction appropriée", a-t-il réagi après l'affaire de violence au Havre.

"J'aurais tendance à dire que cette une stratégie ligne Maginot plutôt qu'une défense passive, nous sommes plutôt favorable à une contre-attaque dynamique, y-a-t-il un intérêt à avoir un planton de policiers ou des gendarmes dans un établissement de manière régulière ou faut-il plutôt avoir une capacité de force de réaction rapide qui interviendrait à la demande et en fonction de la situation, on se situe globalement dans la deuxième solution", a affirmé Philippe Vincent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité Violence à l'école
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795334250
Sécurité : de quoi les chefs d'établissements ont besoin ?
Sécurité : de quoi les chefs d'établissements ont besoin ?
INVITÉ RTL - Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN, le syndicat national des chefs d'établissement, se dit "dubitatif" après l'annonce de Christophe Castaner qui a dit ne pas "exclure la présence de force de l'ordre" dans les établissements scolaire.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/securite-de-quoi-les-chefs-d-etablissements-ont-besoin-7795334250
2018-10-26 13:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mSRZTb7eecvpY-c-1OofeA/330v220-2/online/image/2018/0912/7794761585_une-cour-de-recreation-dans-un-college-en-france-illustration.jpg