2 min de lecture Migrants

Robert Ménard veut un référendum sur les réfugiés à Béziers

Le maire de Béziers (Hérault) a annoncé mardi 11 octobre qu'il souhaitait organiser un référendum sur la venue des migrants dans sa ville.

Robert Ménard lors d'un meeting de campagne à Nîmes le 2 décembre.
Robert Ménard lors d'un meeting de campagne à Nîmes le 2 décembre.
Philippe Peyre
Philippe Peyre

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a indiqué qu'il comptait organiser un référendum sur l'accueil des réfugiés dans sa commune, le 8 janvier 2017. Une volonté qui sera débattue au conseil municipal le 18 octobre. 

Dans un document que Le Monde s'est procuré, le maire dénonce avoir "appris que le centre d'accueil des demandeurs d'asile (CADA) géré par la Cimade allait être agrandi de quarante places" sans que "la préfecture de l'Hérault [n'ait] jugé utile de [l']informer de cette augmentation". Une "absence de concertation" qu'il juge "d'autant plus inquiétante que la volonté du gouvernement est d'évacuer tous les migrants de la jungle de Calais (Pas-de-Calais) dans des CAO [centres d'accueil et d'orientation], dont les emplacements exacts restent à déterminer". Le maire de Béziers a donc décidé de consulter ses administrés en leur posant la question suivante : "Approuvez-vous l'installation de nouveaux migrants, imposée par l'État, sans consultation du conseil municipal ?"

Contacté par Le Monde, l'ancien patron de Reporters sans frontières a justifié sa volonté en indiquant qu'il lui "semble anormal qu'on prenne une décision pareille sans en informer le maire et le conseil municipal. Je veux demander aux habitants ce qu'ils en pensent", a-t-il martelé. Sauf qu'il y a dix jours, le 30 septembre, le tribunal administratif de Grenoble (Isère) a invalidé l'organisation du même type de référendum souhaité par le maire d'Allex (Drôme), le jugeant illégal du fait que l'hébergement d'urgence ne dépend pas de la municipalité mais bien de l'État.

Avant le référendum, des affiches contre les migrants à Béziers

Robert Ménard s'est déjà fait remarquer sur son aversion pour les migrants mardi 11 octobre, quelques heures avant qu'il ne propose ce référendum. Des affiches ouvertement contre l'accueil des réfugiés ont fait leur apparition dans les rues de sa commune. "Ça y est ils arrivent... Les migrants dans notre centre-ville !", peut-on lire sur l'affiche, surtitrée : "L'État nous les impose". Une campagne "incitant à la haine", a estimé l'association SOS-Racisme qui a dores et déjà indiqué qu'elle allait saisir le préfet de l'Hérault. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Robert Ménard Béziers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants