1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Régionales Île-de-France : les listes de gauche ont "de profondes convergences", estime Bayou
1 min de lecture

Régionales Île-de-France : les listes de gauche ont "de profondes convergences", estime Bayou

INVITÉ RTL - Le candidat, qui s'est allié avec Audrey Pulvar (PS) et Clémentine Autain (LFI) pour le second tour des élections régionales en Île-de-France souligne les convictions communes des parties prenantes de cette alliance.

Julien Bayou (au centre) entouré d'Audrey Pulvar (à droite) et de Clémentine Autain (à gauche)
Julien Bayou (au centre) entouré d'Audrey Pulvar (à droite) et de Clémentine Autain (à gauche)
Crédit : Margot l'Hermite
Julien Bayou était l'invité d'Alba Ventura vendredi 25 juin
12:16
Julien Bayou était l'invité d'Alba Ventura vendredi 25 juin
12:16
Alba Ventura - édité par Victor Goury-Laffont

Réunies pour le second tour, les trois principales listes de gauche engagées dans l'élection régionale en Île-de-France tenteront de renverser la présidente sortante Valérie Pécresse, qui a terminé largement en tête lors du premier tour avec 36,18% des voix. Clémentine Autain (10,23%) et Audrey Pulvar (11,07%) ont apporté leur soutien à une liste d'union menée par l'écologiste Julien Bayou (12,97%).

"Je suis très fier de la confiance qu'Audrey Pulvar, Clémentine Autain et leurs listes me font en me soutenant. Je veux croire que dimanche, la surprise est possible", assure sur RTL le secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts, 48h avant le second tour de l'élection, ce dimanche 27 juin. "On a plus et mieux parlé des élections cette semaine, y compris des enjeux", souligne-t-il, alors que le premier tour avait été marqué principalement par l'abstention.

Le candidat insiste par ailleurs sur les "profondes convergences" entre les parties prenantes de cette liste d'union. "Chacune et chacun apporte des sensibilités différentes, une histoire, des étiquettes qu'il s'agit de respecter", mais les accords existent "sur l'écologie, sur une aspiration à l'égalité réelle, sur la démocratie participative".

Julien Bayou a minimisé l'importance du soutien apporté à Valérie Pécresse par l'ancien président de la région, Jean-Paul Huchon, et l'ancien Premier ministre, Manuel Valls, reprenant une formule de l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira : "Brouillage, tapage, bavardage".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/