1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Marine Le Pen est le loup déguisé en grand-mère", dit Valérie Pécresse

"Marine Le Pen est le loup déguisé en grand-mère", dit Valérie Pécresse

"Si on ouvre les placards (...), on s'aperçoit que les antisémites sont toujours là" au RN, a estimé la présidente de la région Ile-de-France dimanche.

Marine Le Pen le 1er mai 2021 à Paris.
Marine Le Pen le 1er mai 2021 à Paris.
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre
Journaliste

Marine Le Pen est "comme dans le chaperon rouge, le loup qui se déguise en grand-mère" parce qu'au Rassemblement national "les antisémites sont toujours là", prévient dimanche Valérie Pécresse qui exclut par ailleurs tout alliance avec LREM aux régionales en Ile-de-France.

"Le RN, c'est comme dans le chaperon rouge: c'est le loup qui se déguise en grand-mère. Madame Le Pen est le loup déguisé en grand-mère et qui essaye de dédiaboliser son parti. Mais si on ouvre les placards (...), on s'aperçoit que les antisémites sont toujours là", a souligné la présidente sortante (ex-LR, Libres!) de la région Ile-de-France sur radio J.

Valérie Pécresse a cité le député européen Jean-François Jalkh "qui a tenu en 2000 des propos négationnistes sur les chambres à gaz" et le conseiller régional Axel Loustau "qui lorsque nous avons baptisé l'hémicycle du Conseil régional du nom de Simone Veil est sorti de l'hémicycle pour ne pas avoir à rendre hommage" à Simone Veil.

Pécresse favorite en Ile-de-France

Pour les régionales de juin en Ile-de-France, Valérie Pécresse fait la course en tête dans les sondages devant le numéro 2 du RN, Jordan Bardella, les trois candidats de gauche - Audrey Pulvar (PS), Clémentine Autain (LFI-PCF), Julien Bayou (EELV) - et le candidat LREM Laurent Saint-Martin.

À lire aussi

"Je suis prise en étau entre deux extrêmes: l'extrême droite qui veut me faire perdre et une gauche qui est prête à s'allier avec des indigénistes, des islamo-gauchistes, des décroissants", a estimé Valérie Pécresse qui a fait de sa réélection la condition d'une éventuelle candidature à l'Elysée en 2022.

Mais hors de question pour elle de s'allier avec LREM après le premier tour, même s'il y avait un risque qu'elle soit battue. "Ce sera au LREM de prendre ses responsabilités. Moi je pars avec mes équipes, au premier et au deuxième tour, il n'y aura pas d'alliance", a-t-elle insisté.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/