5 min de lecture Pauvreté

À quoi va ressembler le "plan anti-pauvreté" prévu par Emmanuel Macron ?

ÉCLAIRAGE - Travail, accompagnement des adolescents et jeunes adultes, famille et petite-enfance, réforme des minimas sociaux... L’Élysée peaufine les dernières lignes de son plan pour lutter contre la pauvreté.

>
À quoi va ressembler le "plan anti-pauvreté" présenté par Emmanuel Macron ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
Anais Bouissou
Anais Bouissou et La rédaction numérique de RTL

À partir du 9 juillet, le président de la République devrait annoncer les grandes lignes de la stratégie pour lutter contre la pauvreté à Versailles, devant le Parlement réuni en Congrès.

Les détails du plan doivent être annoncés les jours suivants, mais une incertitude demeure : la présence ou non d’Emmanuel Macron en France. Le président a en effet promis de se rendre en Russie pour voir jouer les Bleus si l’équipe de France de football brille suffisamment. "J’ai déjà dit que si [l’équipe de France] passait les quarts, j’irai à tous les matches. Donc j’irai en demie et j’irai en finale", a rappelé le chef d'État.

La mise en place du plan pauvreté - l’exécutif préfère parler de "stratégie pour lutter contre la pauvreté" - se fera progressivement, à partir de cet automne. Une dizaine de territoires volontaires seront désignés pour expérimenter la lutte contre la pauvreté. Parmi eux, le Nord-Pas-de-Calais ou encore la métropole de Lyon.

À lire aussi
Une fiche de paie (illustration) polémique
"Plan pauvreté" : gare au rabotage des bas salaires !

Dans le même temps, le gouvernement travaille à une cartographie des territoires, car il existe notamment des départements "mauvais élèves", qui se sont désengagés sur les dispositifs d’insertion qu’ils sont censés financer. "Et ce ne sont pas forcément les départements les plus en difficulté", explique-t-on au ministère de la Santé.

Du travail pour les 16-24 ans

Aujourd’hui, si l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, les élèves décrocheurs peuvent très vite sortir du système scolaire et des radars de l’emploi. Le président doit donc annoncer la semaine prochaine une obligation de formation pour les jeunes jusqu’à 18 ans.

S’ils ne sont pas à l’école, s’ils n’ont pas un emploi, ils devront au moins être en formation, et pas livrés à eux-mêmes. Cette responsabilité devrait en partie reposer sur les missions locales.

Une mesure qui intéresse jusqu’au numéro un de la CGT, Philippe Martinez. Celui-ci se dit favorable sur le principe, "à condition que ce ne soit pas seulement une mesure pour faire baisser les statistiques officielles du chômage".

Coaching, préparation aux entretiens d’embauches, formations courtes, aides financières... Une fois majeurs, les jeunes éloignés du marché du travail devraient bénéficier de davantage d’accompagnement, c’est en tout cas l’objectif affiché.

Plusieurs dispositifs pourraient être développés. La garantie jeune par exemple : mise en place lors du précédent quinquennat par François Hollande, elle aurait déjà bénéficié à 178.200 jeunes selon une étude récente de la Dares, la direction de l’animation de la recherche, des études et statistiques. Le but serait désormais de l’étendre à 100.000 jeunes par an au moins. Il s’agit d’un contrat d’une année, rémunéré au maximum 480 euros.

Autre dispositif qui retient l’attention du gouvernement : l’augmentation du nombre de chantiers d’insertion. Une piste développée il y a quelques mois dans un rapport remis au gouvernement par le président du groupe SOS, Jean-Marc Borello. Ces chantiers sont conventionnés par l’État et les personnes qui en bénéficient sont payées au minimum au Smic.

Simplification des aides

L’un des principaux problèmes aujourd’hui, c'est que 30% des personnes qui pourraient bénéficier d’aides ne les réclament pas. En cause : trop de paperasse, manque d’informations...

L’exécutif cherche une solution pour permettre à plus de gens d’être soutenus. La promesse de campagne d’Emmanuel Macron d’un versement social unique devrait donc entrer progressivement en vigueur d’ici un à deux ans.

À terme, les aides sociales (APL, allocations familiales, allocation adultes handicapés...) devraient donc être versées au même moment, revalorisées en même temps, automatisées et elles devraient prendre en compte les revenus de l’année en cours, et non comme parfois aujourd’hui, les revenus datant de deux ans plus tôt.

Fusionner les minimas sociaux ? Plusieurs missions parlementaires sont en cours pour vérifier la possibilité d’une éventuelle fusion entre le RSA et l’ASS, l’Allocation de solidarité spécifique. Le point soulevé par plusieurs associations, c’est que "toute fusion qui ne fait pas de perdants pourrait coûter plusieurs milliards d’euros". Des arbitrages sont donc encore en cours à ce sujet.

Volet familles et petite enfance

Pour le gouvernement, lutter contre la pauvreté passe aussi par l’accueil en crèche. Le plan prévoit donc l’augmentation du nombre de places pour l’accueil des jeunes enfants.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn a d’ailleurs annoncé récemment que les communes qui créeront des places en crèche pour les enfants les plus démunis ou en situation de handicap, auront un bonus financier. Selon la ministre, "un nouveau mécanisme de financement des places en crèche, adossé au niveau de richesse de la commune et de ses habitants sera donc instauré". 

Les zones les plus défavorisées auront droit à une aide de 1.000 euros contre le financement de nouvelles places en crèche.  L’objectif : créer 30.000 places de crèche en plus dans les quartiers prioritaires.

Des aides financières pour les familles monoparentales seront également développées. Début juin, Agnès Buzyn avait annoncé sur l’antenne de RTL la création d’un tiers payant pour les femmes qui cherchent à faire garder leur enfant, qui n’en ont pas les moyens et qui, de fait, renoncent à prendre un emploi. Le but sera de pouvoir payer plus facilement une assistante maternelle, pour retourner avoir plus de chance de retrouver du travail.

Des petits-déjeuners à l’école

Les communes, les écoles pourront mettre en place un système de petits-déjeuners pour leurs élèves. Une dotation leur sera versée pour s’organiser territoire par territoire, en proposant par exemple au maraîcher un partenariat, en valorisant les circuits-courts, le bio, les parents volontaires, les associations. Avec des systèmes au choix : soit une fois par semaine, soit tous les matins avant l’école, pour tout ou partie des élèves. Les dotations envisagées seraient de l’ordre de 2.000 à 5.000 euros par an en fonction du nombre de classes de l’établissement.

Ce plan sera-t-il à la hauteur des attentes des plus pauvres ?

Emmanuel Macron, à qui colle toujours l’étiquette de "président des riches", doit maintenant convaincre qu’il est aussi attentif aux plus démunis.

Et ce ne sera pas chose facile. Car si les associations d’aide aux plus démunis saluent la qualité des concertations menées jusqu’à présent par le délégué interministériel Olivier Noblecourt, elles craignent également que le budget du plan pauvreté soit limité et largement insuffisant. Florent Gueguen, le Directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité, évoque de son coté une "absence de visibilité sur les crédits et le budget mis sur la table".

L’autre crainte, c’est la contrepartie qui sera demandée, en échange en quelque sorte, des aides sociales. Le Président de la République disait lui-même, le mois dernier, lors d’un déplacement au Congrès de la Mutualité française à Montpellier que "l’accompagnement va avec une responsabilisation, va aussi avec un contrôle, va avec un suivi". Quels types contrôles ? Sur la question de l’indemnisation chômage notamment, les syndicats expliquent déjà que le nombre de fraudeurs est un problème marginal comparé au nombre de personnes pas ou peu accompagnées. 

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Pauvreté Gouvernement Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793992356
À quoi va ressembler le "plan anti-pauvreté" prévu par Emmanuel Macron ?
À quoi va ressembler le "plan anti-pauvreté" prévu par Emmanuel Macron ?
ÉCLAIRAGE - Travail, accompagnement des adolescents et jeunes adultes, famille et petite-enfance, réforme des minimas sociaux... L’Élysée peaufine les dernières lignes de son plan pour lutter contre la pauvreté.
https://www.rtl.fr/actu/politique/quoi-va-ressembler-le-plan-anti-pauvrete-prevu-par-emmanuel-macron-7793992356
2018-07-04 11:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/u1Ldec3oz7DLTQpFbaK8hA/330v220-2/online/image/2018/0704/7793993686_une-creche-a-bordeaux-illustration.jpg