3 min de lecture Gouvernement

Qui est Laurent Pietraszewski, le nouveau "Monsieur Retraites" ?

PORTRAIT - Nommé au poste de secrétaire d'État chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, macroniste convaincu, jouit d'une certaine popularité dans le camp de la majorité.

 Laurent Pietraszewski, le 18 décembre 2019
Laurent Pietraszewski, le 18 décembre 2019 Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Noé Blouin et AFP

Fin connaisseur des questions sociales, ex-responsable des ressources humaines chez Auchan, Laurent Pietraszewski a été nommé, ce mercredi 18 décembre, secrétaire d'État en charge des retraites. Inconnu grand public, le député du Nord est désormais en première ligne pour faire passer auprès des syndicats une réforme polémique, sur fond de gronde populaire.

Élu en 2017 avec l'étiquette "société civile", ce macroniste de la première heure était encore pressenti la veille pour être celui qui allait rapporter le projet de loi sur les retraites à l'Assemblée. Au point sur le sujet, il était également le coordinateur des parlementaires "ambassadeurs" de la réforme. Il en est "le meilleur connaisseur" de l'hémicycle et est "loyal, apprécié et compétent", a affirmé la députée LaREM, Aurore Bergé. Un avis flatteur, partagé par l'ensemble des responsables de la majorité.

Auparavant, l'élu de 53 ans avait déjà officié comme rapporteur de la réforme controversée du Code du travail, le premier gros chantier du quinquennat d'Emmanuel Macron. Il l'avait défendue sans relâche face à des oppositions de gauche très remontées. Investi dans sa mission politique, il fait parti, depuis septembre 2019, du porte-parolat du groupe LaREM à l'Assemblée nationale.

Une tendance à "entourlouper les gens"

Laurent Pietraszewski est dépeint par ses collègues "marcheurs" comme "un gros bosseur" et "une valeur sûre". Selon le député ,Thomas Mesnier, sa nomination pour remplacer Jean-Paul Delevoye est "logique et méritée".

À lire aussi
Jean Castex et Emmanuel Macron remaniement ministériel
Castex et Macron veulent former le nouveau gouvernement "au plus vite"

D'après un autre parlementaire LaREM, ce "sacré boute en train" étiqueté "plutôt aile droite", ne fait toutefois pas l'unanimité dans la majorité. L'homme serait perçu comme ayant "tendance à entourlouper les gens". Il a de "bonnes relations avec les syndicats mais la réputation d'enrober les choses", et il peut être "cassant", a expliqué la même source à l'AFP.

De mauvais souvenirs

Né en Seine-Saint Denis, marié et père de deux filles de 23 et 24 ans, le nouveau secrétaire d'État chargé des retraites a grandi à Epinay-sur-Seine, avant de passer son adolescence à Lambersart, dans le Nord.


Titulaire d'un DEA en économie appliquée, obtenu à l'université Lille I, il a passé une grande partie de sa carrière chez Auchan, d'abord dans le management opérationnel puis dans les ressources humaines. Un expérience dans la grande distribution qui n'a pas laissé que des bons à ses collaborateurs.

Un ancien délégué syndical CFDT Auchan, évoque, par exemple, un épisode survenu au début des années 2000 à Béthune. "Il avait fait mettre en garde à vue une déléguée syndicale qu'il soupçonnait d'avoir donné un petit pain à une employée de la galerie marchande", raconte Guy Laplatine . "Il n'a jamais pu prouver que c'était vrai, et de fait ça ne l'était pas" et elle a "ensuite été réintégrée".

Luc Fourrier, un autre membre de la CFDT qui a côtoyé Laurent Pietraszewski, n'épargne pas non plus l'actuel député LaREM. Il confesse avoir de "mauvais souvenirs" d'un homme "hypocrite et méchant" qui "n'a jamais été sincère" et "licenciait à tout va".

Une nomination controversée pour l'opposition

Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national estime que cette nomination d'un homme "issu des grands groupes" est "le macronisme pur jus". La députée La France insoumise Caroline Fiat déplore quant à elle l'entrée en poste de celui que ses opposants surnommaient "Pietra". "Après avoir cassé le code du travail, il va casser les retraites", dit-elle.

Pour Pierre Dharréville, député communiste des Bouches-du-Rhône, c'est "un adversaire respectueux", mais "c'est dommage qu'on lui confie toujours les opérations banzaï et qu'il soit préposé à la casse sociale". Même son de cloche pour un autre élu de gauche qui dépeint "un garçon sympathique et sérieux, un travailleur", mais "dans le moule" de la macronie.

Cet élu s'étonne, comme de nombreux internautes, que la déclaration d'intérêts à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique de Laurent Pietraszewski fasse apparaître une rémunération de plus de 70.000 euros chez Auchan en 2019. Son passé au sein du géant de la distribution pourrait bien lui être reproché.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Réforme des retraites Retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants