1 min de lecture Décision de justice

Procès du FN : 500.000 euros d'amende requis dans l'affaire des kits de campagne

Le parquet de Paris a requis mercredi une amende de 500.000 euros contre le FN dans l'affaire des kits de campagne des législatives de 2012.

Marine Le Pen au Parlement européen, le 13 juin 2019 à Bruxelles
Marine Le Pen au Parlement européen, le 13 juin 2019 à Bruxelles Crédit : Aris Oikonomou / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Ce système est au cœur du procès du Front national, qui se tient depuis le 6 novembre dernier. Le parquet de Paris a requis mercredi une amende de 500.000 euros contre le FN dans l'affaire des kits de campagne des législatives de 2012, un système soupçonné de cacher plusieurs escroqueries au préjudice de l'Etat pour financer le parti. 

Contre Frédéric Chatillon, proche conseiller de Marine Le Pen, le ministère public a requis la peine la plus lourde: quatre ans de prison, dont deux avec sursis, 200.000 euros d'amende et une interdiction de gestion définitive pour le patron de la société de communication Riwal, autour duquel "tout le système tient".

Outre cette amende, le parti a plus à craindre, puis-qu’avant les réquisitions du parquet de Paris, l'avocat de l'Etat, seul parti civil au procès du RN (ancien FN), avait réclamé 11,6 millions d'euros de dommages et intérêts au parti frontiste et à ses co-prévenus. 

Un système d'escroquerie

Frédéric Chatillon, qui gère la société Riwal, a fourni l'équipe de campagne du Front national en 2012. Il est soupçonné d'avoir surfacturé les kits distribués pendant cette période.
Ces "kits" de campagne des législatives de 2012, composés de tracts, d'affiches, d'un site internet et de prestations comptable, étaient vendus 16.650 euros aux candidats par Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen.

À lire aussi
Laurent Fortin faits divers
Un pâtissier, condamné en Chine pour un stock de farine périmé, revient en France

Jeanne prêtait en effet le montant du kit, et les intérêts, aux candidats qui lui rendaient immédiatement l'argent en achetant le matériel. Cet "aller-retour comptable" permettait à Jeanne, quasi dénué de fonds propres, d'avancer presque 9 millions d'euros

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Décision de justice Procès Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants