1 min de lecture Prisons

Prisons : "Il y a des gens qui n'y ont pas leur place", estime Adeline Hazan

INVITÉE RTL - Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, préconise de "libérer un certain nombre de détenus" pour remédier au problème de surpopulation.

Bernard Poirette L'invité RTL du week-end Bernard Poirette
>
Prisons : "Il y a des gens qui n'y ont pas leur place", estime Adeline Hazan Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette Journaliste RTL

L'accord signé par le syndicat Ufap-Unsa avec la chancellerie vendredi 26 janvier, règle-t-il, au fond, le problème des prisons françaises ? "Je pense que ça ne le règle pas", lance Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, invitée de RTL ce dimanche 28 janvier. 

"Le problème, c'est la surpopulation", tranche la contrôleure générale qui visite régulièrement les prisons françaises. Adeline Hazan "comprend la colère" des surveillants qui "font un travail extrêmement difficile". "Mais s'ils travaillent dans ces conditions c'est d'une part parce qu'ils sont en nombre insuffisant mais d'autre part parce qu'il y a une surpopulation massive", considère-t-elle. 

Pour remédier à cela, Adeline Hazan estime qu'il faut libérer des détenus. "Il faut vraiment que d'un point de vue culturel tout le monde se mette d'accord pour dire qu'il y a des gens qui n'ont pas leur place en prison et qu'il va falloir, à un moment donné, essayer de réguler cela quitte à libérer un certain nombre de détenus qui n'ont pas leur place en prison ou bien qui sont tout à fait en fin de peine", déclare-t-elle.

L'attente d'une réponse pénale

"Je pense que le ministère de la Justice a fait beaucoup d'efforts en termes de moyens, reconnaît Adeline Hazan. Malheureusement, cela ne suffit pas à deux syndicats sur trois. C'est un problème tellement global et tellement plus compliqué qu'un problème de moyens que ça n'est pas cet accord qui réglera les choses", estime-t-elle.

À lire aussi
Le braqueur Redoine Faïd s'est évadé de prison dimanche 1er juillet 2018. faits divers
Redoine Faïd : le matériel ayant servi à son évasion retrouvé dans l'Oise

"Dans les maisons d'arrêt d'Île-de-France, c'est 200% d'occupation. Les détenus sont à quatre dans des cellules de 9 mètres carrés avec un matelas par terre pour le quatrième. Il faut vraiment prendre ce problème à bras le corps et pas simplement en termes de moyens mais en termes de politique pénale", préconise la contrôleur générale des lieux de privation de liberté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Prisons Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791813292
Prisons : "Il y a des gens qui n'y ont pas leur place", estime Adeline Hazan
Prisons : "Il y a des gens qui n'y ont pas leur place", estime Adeline Hazan
INVITÉE RTL - Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, préconise de "libérer un certain nombre de détenus" pour remédier au problème de surpopulation.
https://www.rtl.fr/actu/politique/prisons-il-y-a-des-gens-qui-n-y-ont-pas-leur-place-estime-adeline-hazan-7791813292
2018-01-28 09:37:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/oRNS_DV8oIcpIm46lp7pJg/330v220-2/online/image/2018/0122/7791939239_prison-de-borgo-en-haute-corse-illustration.jpg