3 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : sept candidats, sept collègues, sept rivaux

ÉCLAIRAGE - Ils se sont aimés ou déchirés au sein des gouvernements Ayrault ou Valls, ou se sont associés dans des mouvements aux succès plus ou moins retentissants.

Le gouvernement Ayrault prend la pose le 17 mai 2012. Dans ses rangs, Manuel Valls, Benoît Hamon, Sylvia Pinel ou encore Arnaud Montebourg.
Le gouvernement Ayrault prend la pose le 17 mai 2012. Dans ses rangs, Manuel Valls, Benoît Hamon, Sylvia Pinel ou encore Arnaud Montebourg. Crédit : Lionel Bonaventure / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

"Inconnu". Lorsque Yann Barthès lui demande dans Quotidien, mardi 10 janvier, d'avoir un mot pour chacun des autres candidats de la primaire de la gauche, Arnaud Mondebourg souligne que Jean-Luc Bennahmmias est pour lui un "inconnu". La remarque laisse entendre, à juste titre, qu'il connaît bien les six restants. Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Sylvia Pinel et François de Rugy sont loin d'être des inconnus les uns pour les autres. Même Jean-Luc Bennahmias a eu l'occasion de fréquenter, dans les rangs écologistes, certains de ses adversaires de la primaire de la Belle alliance

Le sept personnes qui s'affronteront ce jeudi 12 décembre à 21 heures ont, pour beaucoup, partagé un même gouvernement, des mouvements communs ou une défiance partagée vis-à-vis de Manuel Valls, lui même en lice. De toute évidence, ils possèdent un socle commun, la gauche. Écologistes, radicaux ou socialistes, ils ont été amenés à collaborer pour porter les valeurs de leur famille politique, se sont entendus sur des projets communs ou se sont affrontés sur de profondes divergences. Cette connaissance des uns et des autres sera, au choix, un atout ou un point faible déterminant dans ce premier débat en vue de la primaire de la gauche.

Un gouvernement en campagne

Sylvia Pinel, 2012-2016 ; Vincent Peillon, 2012-2014 ; Arnaud Montebourg, 2012-2014 ; Benoît Hamon, 2012-2014 ; Manuel Valls, 2012-2016... Ces dates sont désormais, pour chacun d'entre eux, des épitaphes ministérielles. Elles rappelleront à l'Histoire que cinq des sept candidats de la primaire de la gauche ont joué un rôle au sein des gouvernements qui se sont succédé sous la mandature Hollande. Le 16 mai 2012, Sylvia Pinel devient ministre déléguée de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme. En avril 2014, elle est nommée ministre du Logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité. Parmi ses camarades, Vincent Peillon assure dans le même temps le poste de ministre de l'Éducation, Benoît Hamon celui de ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire et à la Consommation. Ce dernier succède, le 2 avril 2014, dans le premier gouvernement Valls, à... Vincent Peillon lui-même, au ministère de l'Éducation nationale. Il s’attelle ensuite à modifier, sous certains aspects, la réforme des rythmes scolaires de son prédécesseur, mal accueillie dans l'opinion.

Montebourg, Hamon : camarades de fronde

Le trio Valls, Montebourg, Hamon, donné favori de cette primaire, s'est déjà distingué dans d'autres circonstances. À l'automne 2013, tous trois sont les leaders d'un mouvement qui s'organise au sein du gouvernement pour encourager un remaniement ministériel et voir partir le Premier ministre d'alors, Jean-Marc Ayrault, qui ne parvient pas à s'imposer auprès de l'opinion. Leur objectif : le remplacer par Manuel Valls, plus jeune et qui a gagné en légitimité comme ministre de l'Intérieur. Puis finalement, l'élection de Manuel Valls ne convainc pas ses deux anciens soutiens : Hamon et Montebourg, de plus en plus critiques à l'égard du nouveau gouvernement Valls, en sont écartés en août 2014. Aujourd'hui encore, ils apparaissent comme les deux candidats de la primaire les plus virulents à l'égard du bilan de François Hollande.

Peillon, Montebourg : 2002 et la tentative de renouvellement

À lire aussi
L'ancien Premier ministre, Manuel Valls élections
Manuel Valls : "Parfois, il m'est arrivé de confondre autorité et autoritarisme"

François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias, eux, n'ont jamais occupé de poste au gouvernement, mais ils ont, entre 1984 à 2007, défendu des idées convergentes au sein du parti Les Verts. Un autre candidat de la primaire, Vincent Peillon, s'est lui aussi exprimé sur les questions écologiques. En novembre 2009, il avait lancé le "Rassemblement social, écologiste et démocrate" au côté, entre autres, d'un certain Jean-Luc Bennahmias.

Avant cela, Vincent Peillon s'était associé à un autre de ses concurrents de la primaire, Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Éducation et l'ancien ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique (mai 2012 - août 2014), ont cosigné, en 2002, avec Julien Dray, une tribune pour appeler à la création d'"un nouveau Parti socialiste". C'est bel et bien dans la primaire d'un vieux parti socialiste, composée de nombreuses de ses figures notables, que ces derniers se retrouvent aujourd'hui.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Présidentielle 2017 Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786704775
Primaire de la gauche : sept candidats, sept collègues, sept rivaux
Primaire de la gauche : sept candidats, sept collègues, sept rivaux
ÉCLAIRAGE - Ils se sont aimés ou déchirés au sein des gouvernements Ayrault ou Valls, ou se sont associés dans des mouvements aux succès plus ou moins retentissants.
https://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-de-la-gauche-sept-candidats-sept-collegues-sept-rivaux-7786704775
2017-01-13 11:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/VUPxO7demH5se2PYZsDdcg/330v220-2/online/image/2017/0112/7786707073_le-gouvernement-ayrault-prend-la-pose-le-17-mai-2012-dans-ses-rangs-manuel-valls-benoit-hamon-sylvia-pinel-ou-encore-arnaud-montebourg.jpg